Echos du Yatenga
Dernier Numéro

Archives

Coupe de l’Evêque 2014

Saint du jour


L’évangile du jour

lire la suite...

 

ACCUEIL

En bref



- 29 MAI 2017 : 7° anniversaire u sacre du père Evêque Justin KIENTEGA
- 01 juin 2017 : saint Justin, martyr, fête patronale du père EvêquE Justin KIENTEGA


L’agenda de l’évêque

Mois D’AVRIL 2017
Date
Agenda Père ÉVÊQUE (...)

lire la suite



Plan du site

Les célébrations


Cliquez sur le fichier joint pour voir les nominations pour l’Année Pastorale 2015-2016

Word - 41 ko

PELERINAGE DIOCESAIN A BAM

Les fidèles du diocèse de Ouahigouya ont célébré leur pèlerinage diocésain les 10,11 et 12 mars sur la colline mariale de Bam.Le thème phare de ce rassemblement annuel était le suivant :" « Avec Marie, Notre-Dame du Lac, soyons unis pour bâtir l’Eglise et le monde. »
Au programme de grand rassemblement, nous avions :
- le vendredi : Projection vidéo : Passion du Christ
- le samedi  : une Conférence sur "Famille chrétienne à la source de l’unité"

dans l’après midi du samedi :
• Une remontée de la vierge par le Lac
• Une Célébration pénitentielle avec Adoration et exposition du Saint sacrement.
dans la soirée:Une procession au flambeau et une Communication sur la dévotion mariale….

Nous vous proposons l’homélie du père Evêque à la messe de clôture de ce pèlerinage. Elle définit l’intérêt de cette démarche de foi et situe les rands défis à relever :
Chers fils et filles, accourus des divers horizons de notre Eglise Famille pour le pèlerinage diocésain, soyez tous les bienvenus. Merci d’être sortis nombreux pour qu’ensemble nous nous retrouvions au pied de Marie, notre Dame du Lac pour implorer sa puissante intercession. Que le Seigneur qui connaît mieux que nous-mêmes les désirs de nos cœurs, nous exauce au-delà de nos attentes.
Providentiellement, les textes de ce deuxième dimanche du carême nous éclairent dans la démarche de foi que nous avons entamée depuis vendredi. En effet, la première lecture nous donne de contempler Abraham dans son obéissance à Dieu et son aventure : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, vas dans le pays que je te montrerai » Gn 12, 1. Ce sont là les paroles que le Seigneur adressa à Abraham. La mise en application de cette parole divine a fait d’Abraham le premier pèlerin et le premier chercheur de Dieu. Abraham est pèlerin non seulement intérieurement dans son cœur, mais aussi physiquement, parce qu’il s’est réellement mis en route, bravant les contraintes de la nature et l’insécurité. « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, vas dans le pays que je te montrerai ». Frères bien aimés, ce sont ces mêmes paroles qui ont retenti dans nos cœurs, et comme Abraham nous avons quitté la tranquillité et le confort de nos maisons et de nos paroisses pour nous retrouver sur cette colline sainte, lieu que le Seigneur nous a indiqué. En effectuant ce pèlerinage, nous nous mettons à l’école d’Abraham en mettant nos pas dans siens. Nous avons des devanciers qui, après Abraham, ne sont jamais lasser de faire pèlerinage, d’aller à la recherche de Dieu. En Israël, le pèlerinage avait une place importance dans la vie des croyants. Au verset 14 du chapitre 23 du livre de l’Exode, nous voyons que le pèlerinage faisait partie des fortes recommandations de la loi. Jésus lui-même dès l’Age de 12 ans avait inscrit le pèlerinage à Jérusalem dans ses habitudes (cf Lc 2, 41-52). Ce sont ces rassemblements annuels qui ont consolidé la foi d’Israël et son unité nationale. Toutes les villes, on montait à Jérusalem pour y rencontrer Dieu. Frères et sœurs bien aimés, le pèlerinage diocésain est un moment fort de la vie diocésaine ; un moment fort et un cadre propice où se forge et se consolide l’esprit de famille. C’est pour insuffler et développer cet esprit de famille que nous avons voulu que ce grand rendez-vous spirituel se tienne chaque dans la paroisse Mère de notre Diocèse, sur cette colline mariale, pionnière de tout le Burkina depuis 1954. Le pèlerinage est un rendez-vous important auquel ne devrait manquer aucun baptisé ou catéchumène sauf pour raison grave. Il est un lieu de rencontre de Dieu et du prochain. J’invite donc les curés à réfléchir pour voir dans quelle mesure nous pouvons intéresser davantage les fils de notre diocèse vivant ailleurs, à ce pèlerinage annuel.
Frères et sœurs, la vie du chrétien est un pèlerinage, notamment en ce temps de carême : Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. Ce sont ces paroles qui nous ont introduits dans le temps béni du carême, le mercredi des Cendres peuvent être considérées comme un appel à quitter nos habitudes pour aller en pèlerinage. La terre, la famille et la parenté que le Seigneur nous inviter à quitter, à l’instar d’Abraham dans la première lecture, ce sont nos richesses matérielles et humaines, nos attaches matérielles et humaine, nos assurances, nos petites sécurités qui nous empêchent d’être totalement. Que le Seigneur nous donne lui-même la force de nous dépouiller des lourdeurs qui entravent notre marche vers la réalisation des promesses divines.
Notre Dieu est le Dieu des promesses. Ses appels sont toujours assortis de promesses : Après avoir appelé Abraham à tout quitter pour le suivre, il fait de lui une grande nation, une bénédiction pour tous les peuples. Celui qui va à la recherche de Dieu n’en retourne les mains vides, mais le cœur comblé. Le seigneur qui nous a appelés sur cette colline, ne nous laissera pas repartir sans avoir combler nos cœurs. Hier beaucoup ont déjà bénéficié du don de sa miséricorde à travers le sacrement de la réconciliation. Comme les Apôtres Pierre, Jacques et Jean dans l’Evangile, nous pouvons nous estimer heureux que le Seigneur nous ait conduits sur cette colline pour que nous soyons témoigner de sa transfiguration et surtout pour que nous soyons réconfortés dans notre marche vers Pâques. C’est un appel à persévérer dans notre combat pour la sainteté à travers la fidélité à nos résolutions de carême.
Pour finir, je voudrais vous réitérer l’appel que je vous ai lancé au sujet de ce sanctuaire, dans mon message pour le carême. Pour redonner à ce sanctuaire son retrouver sa splendeur de répondre vraiment à sa vocation, j’ai demandé qu’une partie des renoncements et des privations que nous nous imposerons durant ce carême serve à son réaménagement. C’est un effort communautaire de carême auquel chacun contribuera selon ses moyens et à la hauteur de sa générosité. Des fiches de souscriptions sont disponibles dans les paroisses. Ceux qui en veulent peuvent en avoir après la messe. Fructueux pèlerinage à toutes et à tous !
Chant : Yâmb zêeka tônd buudu
Yâmb yaa tônd sûnoogo kils yâ Mariam sông….
+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

La staue de Notre dame du Lac de bam
Procession après la remontée du lac Bam
Une foule immense de fidèles étaient présents à cette cérémonie
La consécration du diocèse à Marie notre Mère
La photo de famille des prêtres avec les autorités de la province du Bam

JUBILE D’ARGENT SACERDOTAL DE L’ABBE JEAN-MARIE ZOROM

Le amedi 14 janvier 2017, l’abbé Jean-Marie ZOROM à célébré son jubilé d’argent sacerdotal ; la cérémonie s’est tenue dans l’église de la paroisse Notre Dame de la Délivrande. L’abbé Jean-Marie a été ordonné prêtre le 13 juillet 1991 par Mgr Marius OUEDRAOGO, dans la paroisse saint Joseph de Gourcy ; il a exercé son ministère sacerdotal dans 04 paroisses du diocèse (Gourcy, Ouahigouya , Bam et Seguenega) il est en mission actuellement au petit séminaire Notre Dame de Nazareth de Ouahigouya. La célébrationeucharistique a connu la participation des pères Evêques Justin KIENTEGA, Modeste KAMBOU et Gabriel SAYAOGO ainsi que de nombreux prêtres, religieux et fidèles laïcs.

L’assemblée présente à la cérémonie
L’abbé Jean-Marie renouvelant ses engagements sacerdotaux devant le père Evêque
L’abbé Jean-Marie lavant les pieds de quelques fidèles conforment à sa devise : "Venu pour servir et donner sa vie"
L’abbé Jean-Marie élevant la coupe du salut
L’abbé Jean-Marie entouré de ses promotionnaires
Le mot de félicitation du père Evêque

Bénédiction du noviciat des sœurs de Notre dame du lac de Bam

La communauté des sœurs de Notre dame du Lac de Bam a procédé à la bénédiction et au transfert officiel de son noviciat de Bam à Ouahigouya. C’était le jeudi 08 décembre à Ouahigouya. C’est le père Evêque qui a présidé à cette cérémonie de bénédiction. Voici l’homélie qu’il a prononcé à cette occasion :
Frère et sœurs bien aimés,
Que la paix et la joie du Seigneur soient toujours avec vous ! Les différentes monitions que nous avons entendues au début de la célébration nous ont donné le motif qui nous rassemble et la solennité que nous célébrons en ce jour : l’Immaculée conception de la Vierge Marie. Tandis que nous sommes au cœur du temps de l’Avent, temps d’attente et d’espérance, l’Eglise focalise notre attention sur Marie, la Mère de celui-là même que nous attendons dans la foi. L’immaculée conception de la Vierge Marie nous rappelle l’incompatibilité du péché et de présence divine. C’est pourquoi, de toute éternité, Dieu a préservé Marie du péché originelle, afin soit qu’elle une demeure digne de son Fils, comme nous l’a rappelé la collecte. Marie a été préservée du péché, par les mérites de la Passion-Mort-Résurrection de son Fils. C’est ce mystère de foi et d’amour que nous célébrons aujourd’hui.
Les textes que la liturgie nous propose aujourd’hui résument pour nous, de manière parfaite, l’histoire de notre salut depuis la chute d’Adam jusqu’à l’aube des temps messianiques, avec une insistance particulière sur la place et rôle de Marie dans cette histoire d’amour. La première lecture, tirée du livre de la genèse nous montre jusqu’à quel point le péché nous éloigne de Dieu. En effet, lorsque nous sommes sous l’emprise du péché, notre vision de Dieu est tronquée et notre relation avec lui est faussée. Quand le péché nous domine, nous n’arrivons plus à voir en Dieu ce Père tendre et bon. Au contraire la présence de Dieu en ce moment devientdérangeante, elle devient un poids, un lourd fardeau à porter. C’est ce qui arrivé à Adam dans la première lecture quand il disait à Dieu qui s’était mis à sa recherche : « Je t’ai entendu dans le Jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu et je me suis caché ».Frères et sœur, nous avons expérimenté la sollicitude paternelle Dieu, et sa Miséricorde infinie tout au long de cette année Sainte de la Miséricorde. Depuis la chute du premier homme, Dieu est toujours en route, il est à la recherche de ses enfants. Au cours des âges cette voix de Dieu n’a cessé de résonner dans les cœurs et elle continue d’y résonner aujourd’hui encore : « où es-tu ? » Dieu qui nous a créés, ne nous sauvera pas sans nous, disait Saint Augustin. L’humanité devait jouer sa partition pour qu’advienne le salut Dieu. C’est en Marie que Dieu trouvera la réponse de l’humanité.
Contrairement à Adam et Eve qui fuient la voix de Dieu, Marie au contraire dans l’évangile, accueille avec foi la voix du très Haut portée par l’Ange Gabriel. Dès que Marie entend la voix son Seigneur, elle ne cherche pas à se dérober ou à se cacher comme l’ont fait Adam et Eve ; Elle accueille avec joie et foi, la salutation de l’ange et se faite toute disponible pour que le dessein de Dieu se réalise. Seul un cœur disposé est en mesure d’accueillir la Parole de Dieu et de la faire fructifier. Frères et sœurs, pour que la Verbe se fasse chair en Marie, il a fallu que celle-ci accueille d’abord la Parole de Dieu dans nos cœurs. L’accueil favorable de Parole de Dieu précède l’incarnation. « Je suis la Servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta Parole ». c’est ce fiat de Marie qui a permis que le Verbe prenne Chair en son Sein. Cela nous interpelle, nous qui sommes dans l’attente du Sauveur. Si nous voulons que le Verbe prenne chair dans nos vies et dans nos cœurs afin de le porter monde qui en a tant besoin, il nous faut nous exercer à l’écoute attentive et quotidienne de la parole de Dieu. Demandons au Seigneur par l’intercession de l’Immaculée Conception, la grâce d’être chaque jour, des terres fertiles qui accueillent la Parole de Dieu et la font germer pour le monde.
Chers frères et sœurs, nous venons d’invoquer la Bénédiction du Seigneur sur ce noviciat qui ouvre ses porte ici à Ouahigouya, après tant d’années d’expérience à Bam, d’où sont sortie de nombreuses et saintes religieuses dévouées pour la mission du Christ. Je vous invite à accueillir ce noviciat comme une grâce venant du Seigneur, puisque c’est en cette année jubilaire des 50 ans de fondation de votre Congrégation que le noviciat ouvre ses portes à Ouhigouya. En même temps qu’il est une grâce, ce noviciat constitue pour vous un appel à relever les défis de la formation religieuse, car c’est sur elle que repose l’avenir de votre institut. Le monde d’aujourd’hui est de plus en plus complexe et exigeant d’où la nécessité pour les futures religieuses, d’être bien équipées et mieux préparées, de telle sorte qu’elles soient en mesure de répondre de leur foi et de rendre compte de l’espérance qui les habite. Je crois que cette nouvelle maison de formation s’y prêtera. Sur l’importance de l’éducation et de la formation, le Pape JeanPaul II disait ceci : « S’il est donc vrai que le renouveau de la vie consacrée dépend principalement de la formation, il est aussi vrai que cette dernière est, à son tour, liée à la capacité de proposer une méthode, riche en sagesse spirituelle et pédagogique, qui conduise progressivement celles qui aspirent à se consacrer à s’approprier les sentiments du Christ Seigneur. La formation est une démarche vitale qui amène à se convertir au Verbe de Dieu jusque dans la profondeur de l’être. » Vita Consecrata n 68.. Dieu est le véritable pédagogue. « Accompagner un croyant, former un croyant nous dit Amedeo Cencini, est un acte qui ne peut être réalisé que pat la sainte trinité… le père éduque, le fils forme et l’esprit accompagne ». Cela suppose que formées et formatrice soient toutes disposées à écouter la voix l’Esprit Saint. En cela, Marie demeure le modèle. Quant à vous chères novices et postulante, sachez qu’il n’ya pas de formation véritable sans auto-formation. Vous n’êtes que trois novices et une postulants ; le petit nombre présentes certes des inconvénients, mais il a aussi ses avantages. Je vous exhorte à mettre à profit le temps de votre formation pour intérioriser et personnaliser votre vocation. La constitution de votre congrégation, au N 115 relève les objectifs que vise le noviciat : « Etape essentielle, le noviciat prépare au premier engagement. C’est un temps fort de formation spirituelle qui dans un climat de silence et de recueillement a pour but les éléments suivants : la préparation à l’unification entre action et contemplation, l’intégrer les expériences apostoliques vécues dans le stage, l’étude de la constitution et en particulier les exigences la consécration par les vœux.
Je termine en prodiguant à toutes les sœurs de votre congrégation mes encouragements paternels. Vous venez de sortir d’un Chapitre et vous êtes déjà lancées dans les préparatifs du jubilé d’or de la fondation de votre congrégation. Ces sont là autant d’appels de l’Esprit qui vie vous invitent à avancer toujours au large dans l’annonce de la Bonne Nouvelle. Sachez que la qualité et fécondité de de votre apostolat dépendent de la qualité de votre relation avec le Christ, de votre proximité avec les plus pauvre, sans oublier le témoignage de votre vie communautaire. Dans ce monde d’individualisme la tentation est parfois grande, de voir vivre en vase clos : « Dans la vie fraternelle, chacune apprend à vivre avec celle que Dieu a placés à ses côtés, acceptant leurs qualités en même temps que leurs différences et leurs limites. En particulier, il apprend à partager les dons reçus pour l’édification de tous, car « à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun » (1 Co 12, 7). Vita consecrata n 67.
Que Marie notre Dame du Lac vous accompagne toujours afin que vous avanciez avec courage sur les routes de la mission.
+ Justin KIENTEGA
Évêque de OUAHIGOUYA

Quelques images de la bénédiction du noviciat
Le père Hyacinthe a été fait, pour l’occasion, non pas Evêque mais servant de messe !
Quelques images de la bénédiction de la chapelle
Les trois novices et la postulante qui vont occuper les locaux

Célébration du jubilé d’or du jumelage entre et le diocèse de Ouahigouya et celui de Limoges

Le samedi 04 décembre 2016, la paroisse de Kongoussi a accueilli les fidèles des diocèses de Ouahigouya et de Limoges pour la célébration du jubilé d’or du jumelage entre les deux diocèses. C’est le père Evêque lui-même qui a présidé la célébration entouré de nombreux prêtres venus de toutes les paroisses du diocèse.déjà, du 13 au 24 octobre, une délégation de notre diocèse s’était rendue à Limoges pour la célébration du cinquantenaire du même jubilé. Dans son homélie, le Père Evêque a invité a rendre grâce à Dieu pour l’amitié et la fraternité vécue entre les deux Eglises depuis des années. il a ensuite rappelé que la célébration de ce jubilé nous ramène toujours à deux convictions essentielles de notre foi : d’abord la fidélité de Dieu et la gratuité du don de Dieu dont nous sommes bénéficiaires.Nous vous proposons ici l’intégralité de son homélie :

Frères et sœurs bien aimés, comme cela nous été signifié à l’introduction, nous célébrons en ce jour le 04 décembre le jubilé d’or du jumelage entre nos deux diocèses (Ouahigouya et Limoges). Du 13 au 24 octobre dernier, une délégation de notre diocèse s’était rendue à Limoges pour la célébration du cinquantenaire du jubilé. Aujourd’hui nous avons la joie d’avoir parmi nous 12 limousins, venus pour la célébration du jubilé d’or du jumelage à Ouahigouya. Frères et sœurs, manifestons notre joie et notre reconnaissance au Seigneur pour cette merveille et cette grâce qu’est le jumelage et pour toutes les grâces reçues au cours de ces 50 ans. Le jumelage, plus qu’une amitié entre nos églises particulières, exprime la catholicité de l’Église, sa vocation et sa capacité à se dilater à la dimension de l’univers entier pour que s’accomplisse la volonté du Christ de rassembler dans l’unité tous les enfants de Dieu dispersés (Cf Lumen Gentium n 13). Les objectifs du jumelage, se résument en quatre points principaux, consignés dans le Vade-mecum du Jumelage. Ce sont :- la prière et soutien spirituel- la connaissance mutuelle et le partage des expériences pastorales- l’échange de témoins et les visites mutuelles- l’entraide fraternelle, expression de notre solidarité. Un demi-siècle durant, tous ces objectifs ont été vécu dans le respect de nos différences et avec une charité remarquable. Qu’il me soit permis citer en passant, des actes qui ont contribué à consolider l’amitié entre Limoges et Ouahogouya. La visite de Mgr Henri GUFFLET à Ouahigouya en 1971 et celle de Mgr Denis TAPSOBA à Limoges en 1973, ont ouvert la voie à une série de visites et d’échanges qui ont enrichis nos deux églises et qui demeure gravés dans cœurs. En 1983 une délégation de Ouahigouya conduite par l’abbé Emmanuel KALMOGO (Paix à son âme) a pris part au synode diocésain de Limoge et en 1999 une forte délégation de limousins se sont joints à notre diocèse pour la clôture de son synode. En 1997 des jeunes de notre diocèse se sont joints à leurs frères de Limoges pour participer au JMJ à Paris. En 2008 vous avez envoyé une forte délégation pour rendre grâce avec nous à l’occasion du Jubilé d’or de l’érection de notre diocèse. Frères et sœurs, voilà autant d’actes et de faits qui concrétisent l’amitié entre deux églises. Nous communions mutuellement aux joies et aux peines les uns des autres. Nos évènements d’églises nous les vivons dans une réelle communion fraternelle. En ces moments, nous sommes en union de prière avec vous, afin que le Seigneur choisisse un pasteur selon son cœur pour le diocèse de Limoges. Nous pouvons donc nous écrier nous écrier avec le psalmiste : « Voyez ! Qu’il, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble » (Ps 133, 1)
Frères bien aimés, la célébration d’un jubilé nous ramène toujours à deux convictions essentielles de notre foi : d’abord la fidélité de Dieu et la gratuité du don de Dieu dont nous sommes bénéficiaires. En effet, après avoir permis, dans sa prodigieuse providence, la rencontre de nos deux églises, il a daigné maintenir vive la flamme de l’amour fraternelle allumée dans nos cœurs. Quant à la gratuité de ce don nous pouvons nous demander ce que nous avons fait pour mériter pour être jumelé avec Limoges et vis-versa. Au-delà des hommes qui ont initié ce jumelage, nous savons qu’il est une œuvre divine. C’est Dieu qui en a eu l’initiative. En rendant grâce à Dieu pour le chemin parcours, nous faisons nôtre la prière de l’apôtre Paul et nous prenons pour notre compte son exhortation : « Que le Dieu de la constance et de la consolation nous accorde d’avoir les uns pour les autres la même aspiration à l’exemple de Jésus-Christ, afin que d’un même cœurs et d’une même bouche, nous glorifions le Père de Notre Seigneur Jésus Christ, soyons accueillant les uns pour les autres comme le Christ le fis pour nous, pour la gloire de Dieu. » puisse le Seigneur renforcer en nous le sens de l’hospitalité.
Quels vœux vais-je formuler à l’occasion de ce jubilé d’or de notre jumelage. Le vœu que je formule est que le lien qui unit nos deux églises perdure toujours et qu’il soit un témoignage et un signal fort pour l’Église et pour le monde. Qu’en nous voyant vivre, ils s’exclament : « Voyez comme ils s’aiment ». Plusieurs génération ont su entretenir cette amitié et nous ont passé le témoin. Tout en leur rendant hommage, je souhaite que nous puissions à notre tour poursuivre leur œuvre et laisser à nos fils et petits-fils, l’image d’un jumelage épanouit et épanouissant. Le jumelage a 50 ans ; faisons de notre possible pour que tandis que passent les années, notre amour les uns pour les autres garde sa jeunesse et son dynamisme et que notre charité se fasse toujours plus inventive. Heureux jubilé à toutes et à tous ! Vive le jumelage et que Dieu continue de nous unir dans son amour.

Quelques images de la cérémonie

Clôture de l’année de la miséricorde à Bam

Le dimanche 20 novembre 2016, le Père Evêque Justin KIENTEGA a procédé officiellement à la clôture de l’année de la miséricorde dans le diocèse de Ouahigouya ; la cérémonie s’est tenue dans l’église paroissiale de Bam. En rappel, l’Année de la Miséricorde a été lancée par le Saint Père le mardi 8 décembre 2015 par l’ouverture de la Porte Sainte au niveau de l’Eglise Universelle ; dans notre diocèse, c’est le 13 novembre 2015 que le père évêque Justin KIENTEGA a ouvert l’année de la miséricorde à la cathédrale Christ Roi de l’Univers. dans son homélie, le père evêque a insisté sur le fait que la clôture de l’année de la miséricorde ne met pas fin à la miséricorde de Dieu ; de ce fait, nous ne devons pas nous lasser d’implorer sa miséricorde.

Quelques prêtres présents à la cérémonie de clôture
Fidèles et prêtres rendent grâce pour les œuvres de miséricorde de Dieu au cours de l’année
Le père Evêque en compagnie des prêtres con-célébrants

ORDINATIONS PRESBYTERALES 2016

Le samedi 09 juillet 2016 a eu lieu, dans la cathédrale Christ Roi de l’Univers de Ouahigouya, l’ordination de 7 prêtres dont 6 diocésains et un religieux ; ce sont les abbés Louis Marie OUEDRAOGO, Romaric BELEM (paroisse cathédrale), Charles ZANGO (paroisse de Seguenega), Etienne SAWADOGO(paroisse de Tikaré), Thomas BADINI (paroisse de Titao), Prosper Yalgdo OUEDRAOGO et Evariste OUEDRAOGO(paroisse de Bam). La cérémonie d’ordination a été présidée par le cardinal Philippe OUEDRAOGO en présence des pères Evêques Justin KIENTEGA et Joachim OUEDRAOGO ; parmi les 7 prêtres, trois sont issus de la première promotion du petit séminaire Notre Dame de Nazareth fondé par Mgr Philippe OUEDRAOGO, évêque de Ouahigouya à l’époque : c’était en septembre 2001. Au cours de la même cérémonie, le père Raymond Thomas du diocèse de Limoges a rendu grâce à Dieu pour ses 50 ans de vie de prêtre.

les élus du jour : de gauche à droite, les abbés Louis-marie, Romaric, Etienne et Prosper
de gauche à droite, les abbés Evariste, Thomas et Charles
les pères Evêques au début de la procession
les parents des jeunes prêtres
les autorités administratives, militaires et paramilitaires présentes à la cérémonie
les Evêques pendant l’imposition des mains
les élus du jour tout juste ordonnés prêtres
le père Evêque remerciant les prêtres missionnaires qui quittent le diocèse
Le merci du père Raymond Thomas

PROFESSIONS TEMPORAIRES, PERPETUElLLES ET JUBILE D’ARGENT DES SOEURS DE NOTRE DAME DU LAC BAM

Le samedi 11 juin s’est tenu à Bam les professions temporaires de quatre religieuses ( sœur Nina OUEDRAOGO de la paroisse de MEGUET, soeurs Madeleine SAWADOGO, Rosalie OUEDRAOGO, Lydie SAWADOGO de la paroisse de Sabcé) les professions perpétuelles de quatre autres religieuses (Antoinette SAWADOGO et Irène ZALLE de la paroisse de Seguenega, Simone SAWADOGO de la paroisse de Tikaré et Brigitte SAWADOGO de la paroisse de Bourzanga). En plus des vœux temporaires et perpétuels, quatre autres sœurs célébraient leur jubilé d’argent. Il s’agit des sœurs Antoinette KOMBASSERE et mère Thérèse KABORE du diocèse de Ouagadougou, sœur Odile SAWADOGO et Pauline SOULY du diocèse de Koudougou. La célébration eucharistique a été présidée par le cardinal Philippe OUEDRAOGO, en présence du père Evêque justin KIENTEGA et de nombreux prêtres et religieux venus du diocèse et d’ailleurs.

les élus du jour
Émission des vœux perpétuels devant le cardinal Philippe OUEDRAOGO
les jubilaires renouvelant leur engagement à marcher à la suite du Christ
Une photo des élus du jour avec les pères Evêques à l’issue de la cérémonie

CELEBRATION DE LA JOURNEE DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE ET SORTIE DE DETENTE DES ENSEIGNANTS CATHOLIQUES DU DIOCESE DE OUAHIGOUYA

L’association des enseignants catholiques du diocèse de Ouahigouya s’est retrouvée à Kongoussi du samedi 07 au lundi 09 pour célébrer la journée la journée nationale de l’Enseignement catholique avec les paroissiens de ladite ville ; c’était aussi l’occasion pour eux de vivre leur sortie de détente ; ils ont pu ainsi participer aux célébrations eucharistiques du samedi soir et du dimanche matin et organiser un mini marché dans la journée du dimanche.

les enseignants présents à la sortie
L’ambiance au mini marché

CELEBRATION DU 60° ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE GOURCY

La paroisse saint Joseph de Gourcy a célébré son 60° anniversaire de création le dimanche 1er mai 2016. La cérémonie a été présidée par le père Evêque, entouré de nombreux prêtres et fidèles venus de toutes les paroisses du diocèses. Les premiers missionnaires qui ont fondé la paroisse furent le Père BRACOU, le Père Malfè, le catéchiste Emmanuel YERBANGA et après eux le Père Jean Marie MORNET, l’Abbé Yves DUCOUX et bien d’autres. En 60 ans, on peut dire que la moisson a été abondante car de quelques dizaines de baptisés au départ, on est passé à 15000 baptisés aujourd’hui. nous vous proposons le film de la cérémonie ainsi que l’homélie prononcée par le père Evêque.

60 ans de grâces
La joie était manifeste chez les fidèles
Le père Joseph CLOCHARD, un des premiers missionnaires de la paroisse
Plusieurs fidèles ont fêté leur jubilé de baptême
Le père Evêque félicite les jubilaires
Le père Evêque accueillant les offrandes des fidèles
L’homélie du père Evêque

Textes liturgiques : Ac 15, 1-2. 22-29 ; Ps 66 ; Ap 21, 10-14. 22-23 ; Jn 14, 23-26

Chers frères dans sacerdoce,
Fils et filles de Gourcy,
Chers frères et sœurs bien aimés en Christ et en humanité,
Nous nous mettons à l’ombre de Saint Joseph artisan aujourd’hui pour rendre grâce à Dieu pour les 60 ans de fondation de la paroisse de Gourcy. Ce jour a été préparé tant spirituellement que matériellement depuis le 30 novembre 2014.
Le choix de marquer d’une façon particulière les 60 ans d’érection canonique de la paroisse de Gourcy comporte une double invitation : une invitation à l’action de grâce et une invitation à aller au large dans la suite du Maître et Seigneur, le Christ. Nous voulons donc par cette célébration, faire mémoire du passé avec reconnaissance et nous ouvrir avec confiance à l’avenir.
Chers frères et sœurs, voici 60 ans que la Parole de Dieu a été semée à Gourcy. Cette parole a germé, grandi et porté beaucoup de fruits. Et nous rendons grâce à Dieu ! Je suis heureux de célébrer cet anniversaire de joie avec vous paroissiens de Gourcy, dans cette terre du Zondoma marquée par tant d’hommes et de femmes qui ont reçu le message du salut. De génération en génération, ils y ont répondu par le don d’eux-mêmes, afin de bâtir l’Eglise du Christ. Nous saluons leur mémoire et leur œuvre.
Fidèle au mandat missionnaire laissé aux siens par le Christ, des apôtres intrépides de la Bonne Nouvelle du Salut ont foulé la terre de Naaba Kougri en 1955. Par la grâce de Dieu, les missionnaires se sont installés à Gourcy pour y semer la Parole de Dieu. Ces apôtres, amoureux de Dieu et des hommes, se sont investis malgré toutes sortes d’adversités pour que beaucoup d’hommes et de femmes renaissent dans le Christ. En ce jour béni de commémoration et d’action de grâce, qu’il me soit permis de rendre un vibrant hommage à tous les protagonistes de l’évangélisation de la paroisse de Gourcy :
• Les premiers missionnaires tels le Père BRACOU, le Père Malfè, le catéchiste Emmanuel YERBANGA et après eux le Père Jean Marie MORNET, l’Abbé Yves DUCOUX et toute cette longue liste de prêtres, religieux, religieuses et catéchistes
• Le chef de Gourcy Naaba Kougri et tous ses successeurs

A tous les protagonistes de la fête, et à vous tous, venus de près ou de loin, à des titres bien divers, un sincère et grand merci pour votre présence, votre généreuse contribution et votre prière. Daigne le Maître de l’histoire et de nos vies bénir les efforts des uns et des autres et faire porter d’abondants fruits à la paroisse de Gourcy pour une société plus solidaire et plus fraternelle.
Dans l’Evangile qui vient d’être proclamé, Jésus déclare : « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui ». D’après Jésus, la condition de sa présence et même de celle de son Père est l’amour. L’amour appelle Dieu, l’amour attire Dieu. La haine expulse Dieu du milieu humain. Car, le vrai nom de Dieu, son nom le plus parfait c’est l’amour. Sa parfaite définition est également l’amour ! Je peux dire que lorsque vous avez connu le Christ, vous vous êtes agrégés à lui, vous vous êtes donnés à lui. Et le lien vital qui vous a maintenus ensemble depuis maintenant 60 ans, c’est l’amour : « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui ».
Le Père et le Fils, en demeurant chez vous ont permis que la graine semée ici à Gourcy germe et grandisse pour attirer sous son ombre beaucoup de fidèles. Cette croissance s’observe d’année en année. De quelques dizaines de baptisés que vous étiez au début, vous êtes aujourd’hui plus de 15 000. Beaucoup de vos fils et filles ont répondu à l’appel de Dieu pour service leurs frères dans le ministère sacerdotal et dans la vie religieuse et de catéchistes. Nous pouvons donc dire de Gourcy : « Voici la demeure de Dieu parmi les hommes ! »
Chers paroissiens de Gourcy, votre devise est la suivante : « Gùrs a tunegum doogo : tunug sômb tunug bèèba, ka-beem-Naab a Wênde : koll wêgemd n koll sakda. » Cette devise fait référence à Tunegma, le chef de Gourcy dont le nom signifie « entraîneur », qui entraîne à sa suite le bon comme le mauvais. Elle fait aussi référence à Dieu qui est toujours prêt à accueillir le docile comme l’indocile. Ce parallélisme convient d’être souligné : le chef humain ne fait pas de différence entre ses sujets ; Dieu, le chef suprême de nos vies ne fait également pas de différence entre ses enfants qu’il a créés. Mais la distinction fondamentale dans cette même manière d’agir, est que Dieu accomplit tout de façon juste et irrévocable et dans le seul intérêt de l’homme.
Dieu est juste et bon ; il ne fait pas de différence entre les hommes. Une tentation avait gagné les premiers chrétiens. En effet, « certaines gens venus de Judée voulaient endoctriner les frères de l’Eglise d’Antioche en leur disant : « Si vous ne recevez pas la circoncision selon la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. » Cela, comme le souligne le livre des Actes des Apôtres « provoqua un conflit et des discussions assez graves ». Aujourd’hui encore, nous ne sommes pas loin de ce danger ; il subsiste encore la tendance à établir des critères de séparation entre nous, il existe souvent des jugements assez condamnatoires à l’encontre de certains de nos frères. Il ne doit pas en être ainsi. En cette année de la miséricorde où vous célébrez votre 60ème anniversaire de fondation, je vous invite tous à revêtir le visage miséricordieux de Dieu qui accueille le juste et le méchant, qui aime le pécheur mais réprimande le péché, qui loue le juste et invite le méchant à se détourner de sa mauvaise conduite. Dieu ne fait pas de différence entre les hommes : imitons-le à notre tour !
Chers paroissiens de Gourcy, célébrer le 60ème anniversaire de votre paroisse demande un nouveau départ. L’esprit malin a des piqûres qu’il voudrait nous administrer. Faisons donc attention pour ne pas en être victimes ou s’il arrivait à nous inoculer un quelconque germe, contre attaquons en développant une forte résistance ! Ces piqûres du démon peuvent être : le manque d’engagement dans la vie paroissiale, la paresse à participer à la messe fréquemment, les querelles inutiles, les discussions évasives, les dénigrements, l’infidélité aux exigences du baptême et aux commandements de Dieu, etc. Vous vous êtes confiés à la protection de Saint Joseph travailleur ; alors imitez ce saint travailleur infatigable. Travaillez à prendre soin de vos familles et de votre église paroissiale.
Gourcy, de nombreuses personnes se sont données sans compter pour que tu atteignes ta splendeur d’aujourd’hui. A présent, prends ta responsabilité : prêtres, religieux, religieuses, catéchistes et vous tous baptisés dans le Christ, il vous appartient maintenant de maintenir la flamme de la foi et de l’amour, la flamme de la miséricorde et de l’annonce pour que l’espérance semée en cette terre du Zondoma ne meurt pas.
La célébration de ce jour conclue une page de la vie paroissiale et voudrait nous propulser vers des horizons nouveaux. Que Saint Joseph, chef de la Sainte Famille de Nazareth et patron de votre paroisse intercède pour chaque homme, chaque femme, chaque jeune et chaque enfant de cette paroisse, afin qu’il se rende disponible à Dieu et aux frères ! Nous ouvrons aujourd’hui au niveau diocésain, le mois de la famille : Saint Joseph est également le modèle accompli de père et de chef de famille. Que sa prière accompagne toutes les familles à travers notre église diocésaine dans leurs peines comme dans leurs joies ! Heureux anniversaire et que le nom du Seigneur soit béni dans tous les siècles ! Amen !
+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

DECES DE MADAME SAYAOGO MARIE KIMPOKO, MERE DE MGR GABRIEL SAYAOGO

Cest le vendredi 16 avril qu’a été rappelé à Dieu Marie Kimpoko, la mère de mgr Gabriel SAYAOGO ; Marie Kimpoko avait été hospitalisé à l’hôpital Blaise COMPAORE des suites d’un malaise et c’est là qu’elle nous a quitté. la célébration des obsèques a eu lieu le mardi 19 avril à Yèsga en présence de nombreux Evêques, prêtres, religieux, religieuses et fidèles venus des quatre coins du Burkina.

Maman Marie Kimpoko
Les Evêques pendant la procession
Mgr SAYAOGO au début de la célébration
les prêtres présents à la célébration
L’assemblée des religieuses

CELEBRATION DES FUNERAILLES DES ABBE MATHIEU ET SIMEON

Les vendredi 15 et samedi 16 avril, l’eglise diocésaine de Ouahigouya a célébré les funerailles des abbés Siméon SAWADOGO et Mathieu SAWADOGO dans l’église paroissiale de Bam ;La mees a été présidée par le père Evêque justin KIENTEGA. En rappel, l’abbé mathieu est décédé accidentellement le 1er mai 2015 ; il a été rejoint trois jours plus tard par le père siméon SAWADOGO ;tous les deux reposent au petit séminaire. Voici l’homélie prononcée par le père Evêque à cette occasion :
Textes liturgiques : 1 Co 15, 54-58 ; Ps 22 ; Mt 5, 1-12

Bien chers frères dans l’épiscopat,
Chers prêtres,
Chers frères et sœurs en Christ et en humanité,

Nous sommes réunis ce matin, au nom de la fraternité, de la parenté et de l’amitié pour confesser notre foi en Dieu et notre espérance au bonheur qu’il nous a promis par son Fils Jésus à travers la célébration de cette messe de requiem en faveur de nos chers défunts. A travers cette célébration eucharistique, nous voulons dire que toute vie est un don de Dieu qui en est le Maître. Mais pas un Maître insensible ou tyrannique ! Il est le Maître bienveillant et aimant de nos vies et il les conduit toujours là où il n’y a aucun manque. La vie nous est donnée par Dieu ; c’est également Lui qui nous la reprend non pour notre anéantissement mais pour la béatitude éternelle préparée pour qui accepte d’accueillir son amour.
Par la mort, nous entrons dans une nouvelle vie, une vie de lumière. Cependant, ce ne sont pas nos seuls efforts qui nous font entrer dans cette lumière. Nous accueillons cela encore comme une manifestation de la tendresse et des largesses de Dieu. Car, depuis la résurrection du Fils de Dieu, il n’est plus possible que la mort soit victorieuse de l’homme. Il n’est plus permis à l’homme d’avoir peur car, comme nous l’a si bien signifié Saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens, "la mort a été engloutie dans la victoire" ; Victoire en Jésus Christ, le premier vivant pour que nous puissions nous écrier : "grâces soient à Dieu" !
Les défunts dont nous nous souvenons aujourd’hui ont été nos parents, nos amis, nos collaborateurs. Nous avons partagé ensemble l’instant de vie que Dieu nous a accordé ; nous avons vécu ensemble son commandement d’amour avec bien sûr nos limites humaines. Nous avions encore besoin les uns des autres. Mais voilà, Dieu qui connaît le bien de l’homme mieux que lui-même est intervenu pour nous séparer, non pas définitivement mais pour un temps. Car, si nous sommes réunis ce matin pour prier à leur intention, c’est parce que nous croyons qu’un jour, nous nous retrouverons et partagerons le même monde, celui du royaume de Dieu. Oui qu’il en soit ainsi !

La nuit au cours de la veillée, nous avons pu entendre un témoignage sur la vie de quelques uns de nos défunts notamment le Père Siméon et l’Abbé Mathieu SAWADOGO, que le Seigneur a daigné choisir et consacrer par amour pour le service et la sanctification de son peuple. Nous rendons grâce à Dieu pour ce qu’il leur a permis d’accomplir en tant que ministres sacrés. Nous pouvons confesser que la vie de nos frères est bien comblée et bien remplie : 84 ans et 57 ans d’existence, 53 ans et 27 ans de vie consacrée à Dieu et aux œuvres d’apostolat. Dieu le Père des cieux les a aimés et choisis pour son œuvre de salut. Ce n’est pas eux qui se sont choisis ; c’est le Seigneur qui les a choisis, qui les a consacrés à lui, leur donnant d’être fidèles à ses commandements, et de ne vivre que pour Dieu seul et pour leurs frères et sœurs.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15, 13). Cet amour, nos deux prêtres l’ont manifesté à l’endroit de leurs frères et sœurs, partout où ils ont vécu, avec une disponibilité, une serviabilité et un dévouement exemplaire. Et c’est cela donner sa vie pour ceux qu’on aime comme l’a fait le Pasteur par excellence, Jésus Christ. Puisse la multitude des bénéficiaires de leur engagement missionnaire, témoigner pour eux au dernier jour.

Nous pouvons également bénir le nom du Seigneur pour nos autres défunts dont nous faisons mémoire aujourd’hui, parce que chacun d’eux a cheminé dans la foi et a essayé selon ses possibilités, d’être une icône de l’amour et de la miséricorde de Dieu. Les témoignages à ce propos ne peuvent certainement pas manquer. S’ils étaient bons pour nous sur cette terre, ils le seront davantage maintenant au ciel où ils pourront parler à Dieu en notre faveur. Oui, bénissons le nom du seigneur car la mort n’est pas la fin de tout. Ce n’est pas un arrêt de la vie. C’est plutôt le commencement de la vraie vie, de la vie en plénitude : « Le Seigneur enlèvera le voile de deuil qui enveloppait tous les peuples. Il détruira la mort pour toujours. Il essuiera les larmes de tous les visages ; c’est lui qui l’a promis ». Cette victoire sur la mort, promise et déjà accomplie dans la résurrection du Christ, nous donne toute confiance pour ceux et celles des nôtres qui nous ont précédés auprès de Dieu. Et l’évangile que nous venons d’écouter est celui de la joie.

La raison de cette joie, c’est le Royaume des cieux. Si nous demandons « Qu’est-ce que le Royaume des cieux ? », les mêmes béatitudes nous diront que c’est Dieu lui-même. Oui, Dieu lui-même, est à l’action dans la vie des hommes, quand il réconforte les affligés, quand il comble l’espérance des affamés de Justice, quand il pardonne à ceux et à celles qui ouvrent leur cœur à la souffrance et à la misère des autres. « Heureux les doux, ils obtiendront la terre promise ! - Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde » - Dieu fait miséricorde à qui pratique la miséricorde. Faire miséricorde, c’est d’abord savoir pardonner, c’est aussi l’aide apportée aux personnes dans le besoin et ce, par des gestes concrets.

Chers frères et sœurs, penser que nos défunts s’en sont allés définitivement peut nous plonger dans la tristesse et le découragement. Et cela nous met face à un grand défi : celui de la mort et de l’absence physique. Le chrétien, sans avoir toutes les réponses, prend le beau risque de la foi qui est celui de l’attachement à la personne de Jésus que nous reconnaissons toujours vivant et que nous retrouvons de diverses manières dans nos frères et sœurs.

Parce que le Christ a vaincu la mort, il est devenu notre espérance et nous sommes déjà dans la joie car il fait toujours tout concourir à notre bien. C’est pourquoi, selon ces heureuses paroles de Saint Cyprien : « Nous ne devons pas pleurer nos frères que l’appel du Seigneur a retirés de ce monde, puisque nous savons qu’ils ne sont pas perdus, mais partis avant nous : ils nous ont quittés comme des voyageurs, des navigateurs pour nous précéder… Ne donnons pas l’occasion de nous reprocher avec raison de nous lamenter sur ceux que nous déclarons vivants auprès de Dieu, comme s’ils étaient anéantis et perdus. »
Frères et sœurs, devant le mystère de la mort physique, nous affirmons notre espérance fondée sur notre attachement à Jésus. Que cette célébration eucharistique ouvre nos cœurs à l’espérance ! Que nos fidèles défunts reposent en paix et que leurs prières nous soutiennent dans notre pèlerinage terrestre. Amen !
+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

CELEBRATION DE LA MESSE CHRISMALE A THIOU

Le dimanche 13 mars 2016 a eu lieu dans la paroisse de THIOU la célébration de la messe chrismale ou messe de bénédiction des Saintes Huiles Saintes. Les fidèles de ladite paroisse et des délégués des autres paroisses du diocèse ont participé à la belle liturgie que présidait le Père Evêque Justin KIENTEGA.Thiou fait partie des dernières nées des paroisses du diocèse de Ouahigouya. Sa gestion est confiée aux frères missionnaires des campagnes.

L’assemblée des fidèles
Les prêtres présents à la célébration
Le curé de la paroisse, le père joseph Marie ILBOUDO adressant son mot de bienvenue à l’assemblée
L’homélie du père Evêque
La bénédiction des huiles par le père Evêque
La consécration eucharistique
La procession de sortie avec les saintes huiles

PELERINAGE DIOCESAIN DE BAM

Les 20 et 21 février, les fidèles du diocèse de Ouahigouya sont allés en pèlerinage sur la colline mariale de Bam. A pieds, à moto ou en voiture, c’est une foule nombreuse de fidèles qui a tenu à participer à cette marche de carême et a témoigner de sa reconnaissance à Dieu par Marie. Ce pèlerinage diocésain qui avait pour thème : "Avec Marie, peuple de Dieu accueille la miséricorde divine" a été marqué par plusieurs conférences et célébrations ; la messe de clôture a été présidé par le nonce apostolique au Burkina , Mgr Piergiorgio Bertoldi dont nous vous proposons l’homélie en intégralité. Prenant la parole à la fin de la cérémonie, le Père Evêque Justin KIENTEGA a remercié les fidèles pour la mobilisation et souhaité que ce pèlerinage diocésain puisse être désormais régulier de sorte à donner à la colline mariale de Bam, l’un des premiers lieux de pèlerinage au niveau national, son intérêt d’antan. a la fin de la célébration eucharistique, le nonce apostolique a consacré le diocèse de Ouahigouya au cœur miséricordieux de Jésus.

Le thème du pèlerinage
La foule immense des fidèles présents à la célébration eucharistique
La statue de Notre Dame du lac
Le sanctuaire de Notre Dame du Lac rénové
Le nonce apostolique et le père Evêque pendant la consécration
Le nonce apostolique et le père Evêque distribuant la communion
La consécration du diocèse au cœur miséricordieux de Jésus

Chers frères et sœurs,
Nous sommes parvenus ici au terme de notre pèlerinage diocésain, suivant Marie, Notre-Dame du Lac, guidés par le désir de trouver le repos spirituel à l’ombre de son manteau, pour demander à Elle, Mère de Jésus, comment faire pour devenir nous aussi ses fils et disciples du Fils de Dieu.
Ici nous nous sommes retrouvés, écoutant l’Évangile, sous une autre ombre, celle de la nuée de la transfiguration. Le nuage est symbole de la vie : là où il y a les nuages il y a l’eau ; il est possible de vivre, tout fleurit, tout est beau ; avec les nuages on est protégé du soleil, du désert.
Le nuage est donc la condition pour la vie.
Et puis, dans l’Ancien Testament, Dieu était représenté par une nuée qui la nuit était lumineuse et le jour protégeait du soleil. Par ailleurs, la nuée est un autre symbole de Dieu parce que, couvrant le soleil, elle te permet de regarder en haut parce que Dieu est une lumière si intense que pour nous, Il est même obscur ; et cette nuée, en l’atténuant, nous permet de voir sa lumière ; elle est ainsi filtrée sinon nous ne pouvons pas Le voir.
La nuée est donc sa présence au milieu de nous. Présence de lumière, qui veut dire amour, vie, fécondité.
Ici, le Seigneur nous couvre de son ombre, comme Marie : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre » (Lc, 1,35). Cette nuée de Dieu est son amour, son Esprit qui rend fécond. Il nous vient spontanément de demander à Marie comment nos existences peuvent-elles devenir, comme la sienne, porteuses de vie, et d’une vie divine, celle de Jésus.
Dans ce cas, l’Évangile que nous avons à peine écouté nous aide aussi : « Et de la nuée une voix se fit entendre : ‘Celui-ci est mon Fils, l’Élu. Écoutez-le !” (35).
Au début de l’Évangile de Luc, il y a l’annonciation où Marie fait justement ce que demande le Père : écoute ! Et le fruit de l’écoute est sa maternité « Qu’il me soit fait selon ta parole » (Lc 1,35). La source de la vraie maternité c’est écouter.
C’est en écoutant que tu conçois l’autre ; il entre en toi et puis tu vis de lui. C’est la vraie conception l’écoute. La maternité de la Vierge Marie, disaient les Pères de l’Église, s’opère davantage dans l’oreille que dans le ventre.
Marie nous aide à entrer dans le mystère de la transfiguration présenté dans l’Évangile d’aujourd’hui.
De fait, la Transfiguration est précisément l’action de l’Esprit en nous qui nous rend images du Fils de Dieu. Cependant, le principe de la Transfiguration c’est « écoutez-le ».
Si tu écoutes sa Parole, tu deviens comme Lui. Si tu écoutes les autres paroles, tu deviens comme ces autres paroles que tu écoutes. Ce que tu écoutes transforme ton cœur, ton intelligence, ta vie. Jésus est le premier qui a écouté, Il est le Fils ; en l’écoutant, nous devenons comme Lui. Si tu veux voir le visage de Dieu, écoute Jésus, écoute sa parole. Tu deviendras comme Lui, et ce visage de Dieu tu le deviendras toi qui as le même visage du Fils et tu seras frère de Jésus.
Cette ressemblance grandira de jour en jour, toujours de plus dans l’Eucharistie, dans la prière, dans la communion avec le Père, dans l’amour des autres.
Marie aussi a vécu une expérience semblable. Elle est devenue dans l’écoute d’abord mère, et donc disciple de Jésus. Rappelons-nous l’autre passage de Luc : « Tandis que Jésus parlait, une femme, élevant la voix du milieu de la foule Lui dit : “Heureux le sein qui t’a porté ! Heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! Mais il lui dit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! ” » (Lc 11, 27-28).
Avec ces paroles, Jésus non seulement loue Marie sa mère, parce que elle a écouté et gardé la parole, mais Il nous dit que nous pouvons devenir aussi comme Elle, si simplement nous écoutons sa Parole et laissons que, par la grâce de l’Esprit, cette même Parole nous transforme.
Il y a une autre expression qui lie l’expérience de Marie à l’Évangile de ce jour. C’est le mot gloire. C’est un mot qui de fait résonne dans ses oreilles à plusieurs reprises : elle l’a entendu de loin pendant que les anges annonçaient aux pasteurs la naissance de Jésus « Gloire à Dieu au plus haut des cieux » (Lc 2,14), et des lèvres de Siméon qui, alors qu’il prenait dans les bras le Messie disait « Gloire de ton Peuple, Israël » (Lc 2,32).
À nous ce mot gloire ne dit presque rien. Mais dans la Bible ce mot veut dire tout. En hébreu il se dit « kabot » qui signifie le poids, la réalité, l’épaisseur.
Moïse et Elie (31) voient le poids de Dieu, la beauté de Dieu, la splendeur de Dieu, la réalité de Dieu. Ils voient ce d’où vient le monde et vers quoi il va. Ils voient tout ce qui est invisible. C’est-à-dire Dieu lui-même. La gloire c’est Dieu Lui-même. Nous sommes appelés à voir cela, et voir cela c’est notre vie.
Mais que voient Moïse et Elie ? Nous imaginons ce dont ils parlent, c’est-à-dire de son exode qui n’est rien d’autre que sa Passion, la Croix du Seigneur. Sa Gloire, c’est la Croix, c’est là qu’il vainc le mal du monde et où Il révèle sa gloire qui est l’amour absolu qui donne la vie à tous.
Ses disciples voient sa gloire et Pierre a la réaction la plus intéressante. Il fait une exclamation : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! » (33). « Il est bon » : c’est le cri même que Dieu fit chaque jour de la création : « Et Dieu vit que cela était bon » (Gn 1,4.10.12.18.21.25). En fait beau et bon, dans la Bible, signifient la même chose. À présent Pierre lui aussi dit : Il est bon ! La beauté qu’il voit est la beauté même de Dieu, qui est la même que celle du Fils ; mais c’est aussi la beauté que nous avons chacun de nous dans le Fils, parce que sommes appelés à voir cette beauté et à la refléter sur le visage. Nous sommes images et ressemblances de Dieu, nous sommes fils dans le Fils.
Quand dans la création Dieu regarde avec admiration l’homme Il disait : « qu’il est beau » et mieux « très beau » (Gn 1,31), parce qu’Il voyait cette Gloire, qui est la sienne.
Autrement dit, nous sommes le miroir de Dieu. Sa beauté est notre beauté, et la nôtre est la sienne ; nous sommes appelés à voir cela. C’est déjà cela la vie éternelle qui se comprend et se vit dans la prière et dans l’Eucharistie.
Aux pieds de la Croix il y avait aussi Marie, et là Elle a vu la Gloire de son Fils ; Elle en a senti tout le poids en tant que mère qui souffrait, et elle s’est rappelée – Elle qui conservait tout dans son cœur – que lorsque Siméon parlait de la Gloire, il lui prophétisait qu’une épée de douleur lui percerait le cœur. Aux pieds de la croix, Elle a pressenti aussi la beauté et la grandeur d’une vie donnée pour notre vie.
Aide-nous Marie, Notre-Dame du Lac, à regarder la gloire de Jésus, aide-nous à exclamer avec Pierre « que c’est beau » et à rester avec toi aux pieds de Sa croix et de nos croix, pour apprendre à donner nous aussi notre vie à nos frères et à rendre leurs croix moins lourdes parce que portées ensemble.
Aide-nous Marie, Notre-Dame du Lac, à écouter la Parole de la Croix et à la faire devenir nôtre en accueillant la miséricorde divine qui nous vient d’elle et devenir nous aussi miséricorde.
Aide-nous Marie, Notre-Dame du Lac, à rester à l’ombre du Seigneur pour devenir comme toi porteurs de vie, d’espérance et de joie au milieu de nos frères.
Amen.

JUBILE D’OR DE LA PAROISSE NOTRE DAME DE TOUTE JOIE DE TITAO

C’est le samedi 06 février dernier que la paroisse notre Dame de Toute Joie de Titao a célébré son jubilé d’or de création. La célébration qui s’est déroulée dans la toute nouvelle et resplendissante église paroissiale a connu la participation de nombreux fidèles venus des autres paroisses du diocèse, des autorités administratives de la province et des autorités religieuses des autres confessions. La célébration eucharistique a été présidée par le père Evêque lui-même. Il faut noter que de 13 catéchumènes au départ, la paroisse de Titao compte à ce jour plus de 3000 chrétiens et 1300 catéchumènes. Nous vous proposons ici le film de la célébration.

Le Père Evêque prêt pour la procession d’entrée
Les prêtres en procession, précédés du logo du jubilé
Le curé de la paroisse prononçant son mot d’accueil
Le père évêque entouré de quelques prêtres
Les confirmandis pendant leurs engagements
Le père Evêque administrant le sacrement de confirmation à un fidèle
Une présence effective des autorités de la province
une action de grâce digne de l’évènement
l’abbé Justin Raaga SAWADOGO (à gauche), ancien curé de Titao et l’abbé Gabriel Yampa (à droite), premier prêtre de la paroisse de Titao et quatrième prêtre du diocèse étaient bien présents à la fête !

OUVERTURE DE LA PORTE DE LA MISERICORDE DANS LA PAROISSE DE BAM

Le dimanche 17 janvier, le Père Evêque a ouvert officiellement la porte de la miséricorde de l’église paroissiale de Bam. L’ouverture de cette porte de la miséricorde qui fait suite à celle de la paroisse cathédrale devrait permettre aux fidèles chrétiens du secteur est du diocèse de vivre pleinement l’année de la miséricorde et de se préparer au pèlerinage diocésain prévu pour le mois de février prochain. Cette cérémonie a connu la participation effective des fidèles des autres paroisses du secteur est du diocèse. Après la célébration toute l’assemblée s’est mise en marche pour gravir la colline mariale afin de confier l’année de la miséricorde et le pèlerinage à venir à sa maternelle protection.

Le Père Evêque ouvrant la porte de la miséricorde de l’église paroissiale de Bam
Les fidèles présents à la célébration eucharistique
La procession d’offrande
En procession vers la colline mariale
les fidèles sur la colline mariale
Le père évêque encensant la statue de la vierge Marie
La bénédiction finale

CELEBRATION DE LA NATIVITE DU SEIGNEUR A LA CATHEDRALE

Le père Evêque a célébré la solennité de la Nativité de Notre Seigneur à la cathédrale Christ Roi de l’univers. Nous vous proposons ici l’homélie qu’il a prononcée à cette occasion.
Textes liturgiques : Is 9, 1-6 ; Ps 95 ; Tt 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14
Frères et sœurs bien aimés,
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. » Cette louange de la troupe céleste fait suite à l’heureuse annonce de l’ange aux bergers : « Aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David. » C’est cette Bonne Nouvelle que nous sommes tous accourus en cette nuit pour entendre. Dieu a accompli pour l’homme sa créature, le plus grand des prodiges. Il a envoyé son Fils unique dans le monde ; c’est Noël ! C’est pourquoi, je souhaite à tous, catéchumènes, chrétiens et non chrétiens venus exulter avec nous, je souhaite à tous une bonne et joyeuse fête de Noël.
Noël est la célébration de la joie et de l’espérance de l’Incarnation du Messie, Dieu-avec-nous, né à Bethlehem voilà plus de 2000 ans ! A l’annonciation, l’ange a fait savoir à Marie que rien n’est impossible à Dieu. Nous avons cette certitude aujourd’hui puisqu’il s’est fait enfant et a choisi une vie faite de pauvreté, d’humilité et de dénuement pour s’incarner et réaliser l’œuvre de la Rédemption. Notre Dieu est merveilleux ! Un tel choix se moque des critères humains. Seuls les gens simples et humbles, les pauvres de Yahvé (les anawim) comme Zacharie et Elisabeth, Joseph et Marie, les bergers… savent attendre tout de Dieu. Et c’est à eux les premiers, qu’il est donné d’entendre la voix angélique : « Je vous apporte une grande joie, une bonne nouvelle : aujourd’hui vous est né un Sauveur » !
C’est Noël et la Bonne Nouvelle de Dieu a rejoint les hommes ! C’est Noël et forts de l’annonce de l’ange, nous pouvons affirmer que Dieu est au milieu de la vie de notre monde et l’accompagne toujours. En cette solennité de la nativité du Seigneur, chacun de nous est ici présent avec au fond de son cœur tout ce qu’il vit comme joie et espérance mais aussi comme peine et contradiction. S’il en va ainsi de notre vie personnelle, c’est que le monde dans lequel nous vivons vit aussi ces mêmes réalités. Il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en convaincre. Dans les divers pôles de notre monde, la joie et la tristesse, la paix et la guerre, l’abondance et la misère se côtoient continuellement. Pour ceux qui vivent sans espérance, une telle situation constitue un poids écrasant car ils ne voient aucune autre perspective que l’horizon de cette terre. Il n’en est pas ainsi pour nous croyants. En effet, notre foi nous pousse à espérer que Dieu a préparé un avenir meilleur, un lendemain qui chante ; un soleil nouveau est toujours prêt à se lever pour chasser la nuit de notre existence.
Le mystère de Noël nous révèle un Dieu plein d’amour. Qui sommes-nous en effet pour mériter une telle grâce : Dieu qui se fait homme pour être son rédempteur ? Le psalmiste l’avait d’ailleurs reconnu en ces termes : « Qu’est ce que l’homme Seigneur pour que tu le connaisses ? Le fils d’un homme pour que tu en prennes souci ? » (Ps 8, 5) Le récit des origines nous fournit la réponse : Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance. Par conséquent, avec Noël, Dieu qui a fait l’homme semblable à Lui, veut que ce dernier l’imite dans son agir et dans ses relations avec les autres. Notre vocation de ressemblance à Dieu n’est pas celle d’ordre physique ; c’est dans l’ordre de l’être et de l’agir qu’elle se déploie. Dieu qui nous a démontré son amour en cette nuit sainte, nous commande de démontrer à notre tour les uns envers les autres, l’amour dont nous sommes les heureux bénéficiaires. Noël devient donc un point de départ.
Cette nuit sainte doit être vécue avec solennité mais elle ne doit pas simplement rester à ce stade. Depuis des semaines, il y a beaucoup de publicités sur les antennes des médias qui font la promotion de toutes sortes de biens matériels à acquérir pour la fête de Noël. Depuis quelques jours, l’ambiance des villes et villages est celle de Noël. Toutefois, le bruit peut s’estomper, les biens matériels conçus spécialement pour Noël peuvent aussi s’user. Alors qu’est ce qui restera ? C’es bien le Sauveur, ce nouveau-né tout frêle que nous avons accueilli dans la joie et l’amour, c’est lui qui demeure pour toujours. C’est pourquoi Noël est un nouveau départ. Oui, un nouveau départ parce que Dieu vient bousculer nos habitudes ; un nouveau départ parce que Dieu vient habiter notre nuit ; un nouveau départ encore parce que nous sommes appelés à la lumière. « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre une lumière a resplendi » (Is 9, 1).
Frères et sœurs bien aimés, Noël, ce n’est pas cette nuit, ce n’est pas demain ; Noël c’est tous les jours de notre vie. Dieu n’est pas venu chez nous pour que nous l’acclamions pendant quelques heures et tout est fini par la suite ; il est venu demeurer avec nous ! « Le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous ! » Le Verbe de Dieu demeure parmi nous et nous devons nous comporter de manière à ne guère nous laisser distraire ou absorber par les bruits de notre monde souvent fantaisistes, irréalistes et sans références valables. Les grâces de Noël sont immenses et avec elles, nous devons renoncer résolument à tout ce qui n’est pas Dieu, ou nous éloigne tout simplement de Dieu. Il est l’Unique Sauveur et tout le reste n’est que vanités humaines, réalités éphémères, incapables de combler et de sauver l’homme dans ses aspirations profondes. En agissant ainsi, frères et sœurs, nous progresserons dans la connaissance parfaite de Jésus, dans l’amour vrai de Jésus et dans la ressemblance totale à sa personne. C’est à cette condition que Noël sera un nouveau départ pour nous et se prolongera dans notre vie de chaque jour.
Chers frères et sœurs, le prophète Isaïe nous a fait savoir dans la première lecture que le Messie est le Prince de la paix ! L’humanité a besoin de paix ! L’Eglise a besoin de paix pour se rassembler et louer Dieu. En cette année 2015, notre pays a fait l’expérience à plusieurs reprises et à divers degrés l’expérience de la nécessité de la paix. Nous sommes à la fin d’une année de transition politique couronnées par des élections présidentielles et législatives apaisées. Si nous sommes parvenus à ce stade non sans grandes difficultés, c’est grâce à la main de Dieu. Nous lui disons merci pour sa bienveillance et sa protection. Supplions-le toujours de nous donner la véritable paix, celle que le monde ne peut donner, celle qui apaise et réconcilie les cœurs. Qu’il renforce l’unité nationale et l’amour que nous avons les uns pour les autres !
Cette année encore (du 29 juillet 2015 au 29 juillet 2016) au niveau de l’Eglise d’Afrique nous vivons une année continentale de la Réconciliation dont le thème est le suivant : « Une Afrique réconciliée pour une coexistence pacifique ». Notre continent a véritablement besoin de réconciliation pour vivre en paix. Chaque fils de l’Eglise est invité à s’engager pour cela par sa prière et par ses actions concrètes. Ensemble, avec l’aide de Dieu nous pouvons changer le visage de l’Afrique, nous pouvons faire la paix, nous pouvons vivre dans la paix. Il nous revient à tous et à chacun d’avoir « l’audace de toujours vouloir créer des liens d’amitié, de dialoguer avec celui qui ne nous ressemble pas, de pardonner à celui qui nous a fait du mal, de nous engager dans la construction d’une société plus juste et plus fraternelle où personne n’est abandonné. » (Pape François)
Grâce à la sollicitude pastorale du Saint Père François, nous avons entamé depuis le 8 décembre 2015, l’année sainte de la Miséricorde. Elle est l’occasion pour vivre et approfondir les grâces de Noël. Noël est la fête de l’amour ! La Miséricorde est un autre nom de l’amour. La Miséricorde est la plus belle expression de l’amour ! Jésus qui est né pour nous est le prince de la Miséricorde ; demandons-lui de nous accorder la Miséricorde divine et d’être miséricordieux à notre tour comme le Père.

Bonne fête de Noël à tous et que l’étoile qui s’est levée cette nuit, fasse briller plus d’amour, plus de justice et plus de paix dans notre monde. Que Jésus, né de la Vierge Marie, par la puissance de l’Esprit Saint nous donne de marcher et de vivre dans sa Lumière tout au long de la nouvelle année 2016 qui s’ouvrira bientôt ! Joyeuse et sainte fête à tous et à toutes !

+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

CONFESSIONS DES ENFANTS A LA CATHEDRALE

Dans la cadre des préparations des enfants à la célébration de la fête de Noël, les prêtres de la paroisse cathédrale ont organisé les confessions pour les enfants le mercredi 23 décembre. Le père Evêque y était présent et c’était pour lui l’occasion de vivre un aspect de l’année de la miséricorde en exerçant le ministère de la réconciliation.

Le Père Evêque confessant un enfant
La beauté des enfants devant Jésus Eucharistie après leur confessions.

OUVERTURE DE L’ANNEE DE LA MISERICORDE DANS LE DIOCESE DE OUAHIGOUYA

Le dimanche 13 décembre, le Père Evêque Justin KIENTEGA a procédé officiellement à l’ouverture de l’année de la miséricorde dans le diocèse de Ouahigouya ; la cérémonie qui a eu lieu à la cathédrale Christ Roi de l’Univers a rassemblé une foule immense de prêtres, religieux et fidèles venus de toutes les paroisses du diocèse. L’Année de la Miséricorde a été lancée par le Saint Père le mardi 8 décembre 2015 par l’ouverture de la Porte Sainte au niveau de l’Eglise Universelle. Le souhait du Pape François était que par la suite chaque ordinaire lance l’Année de la Miséricorde et ouvre une Porte Sainte le dimanche suivant le 8 décembre, c’est-à-dire le 3ème dimanche de l’Avent.

Le Père Evêque ouvrant la porte de la miséricorde à la cathédrale
Remise des logos aux curés et responsables d’institution

Voici en intégralité l’homélie prononcée par le Père Evêque pour l’occasion :

Textes liturgiques : So 3, 14-18a ; Is 12 ; Ph 4, 4-7 ; Lc 3, 10-18
Frères et sœurs,
Depuis le mardi 8 décembre 2015, le Saint Père a lancé l’Année de la Miséricorde et ouvert la Porte Sainte au niveau de l’Eglise Universelle. Le souhait du Pape François est que chaque ordinaire lance l’Année de la Miséricorde et ouvre une Porte Sainte le dimanche suivant le 8 décembre, c’est-à-dire le 3ème dimanche de l’Avent. La bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de la Miséricorde l’exprime clairement :
Le dimanche suivant, troisième de l’Avent, la Porte Sainte sera ouverte dans la cathédrale de Rome, la Basilique Saint Jean de Latran. Ensuite seront ouvertes les Portes Saintes dans les autres Basiliques papales. Ce même dimanche, je désire que dans chaque Eglise particulière, dans la cathédrale qui est l’Eglise-mère pour tous les fidèles, ou bien dans la co-cathédrale ou dans une église d’importance particulière, une Porte de la Miséricorde soit également ouverte pendant toute l’Année Sainte. Au choix de l’Ordinaire du lieu, elle pourra aussi être ouverte dans les Sanctuaires où affluent tant de pèlerins qui, dans ces lieux ont le cœur touché par la grâce et trouvent le chemin de la conversion. Chaque Eglise particulière est donc directement invitée à vivre cette Année Sainte comme un moment extraordinaire de grâce et de renouveau spirituel. Donc, le Jubilé sera célébré à Rome, de même que dans les Eglises particulières, comme signe visible de la communion de toute l’Eglise. (Misericordiae Vultus N° 3)
C’est donc pour répondre au souhait du Pape et être en syntonie avec l’Eglise universelle que nous sommes réunis ce matin dans cette église cathédrale, mère de toutes les églises paroissiales.
Nous avons ouvert la Porte Sainte de l’Année de la Miséricorde et nous y sommes passés. Ce passage n’est pas un simple rituel. Ce passage a un sens profond qui donne déjà l’orientation de l’Année que nous entamons. Comme nous le rappelle le Saint Père François, « entrer par cette Porte signifie découvrir la profondeur de la miséricorde du Père qui nous accueille tous et va à la rencontre de chacun personnellement. »
Une des manifestations de l’amour infini de Dieu pour l’homme sa créature, est la Miséricorde. Après la création, l’homme a vite fait d’oublier Dieu, de rivaliser avec Lui, perdant du même coup son amitié. Mais Dieu ne l’a pas abandonné au pouvoir de la mort ni à son triste sort ; il est plutôt venu à sa rencontre pour lui redonner un nouveau visage : celui de digne fils ! Cet amour incommensurable de Dieu qui pardonne tout, est la lumière qui éclaire le sens même du péché. En effet, le péché ne se confond pas au pécheur ; il est une situation qui intervient à un moment donné de la vie de l’homme pour le détourner de façon temporaire de sa relation avec Dieu. Le péché n’est donc pas synonyme de condamnation définitive, de rejet total, d’abandon sans appel. L’amour de Dieu va toujours à la recherche de l’homme égaré dans le péché. Sa miséricorde n’abandonne pas ses enfants dans les ténèbres du désespoir et de l’errance.
La Miséricorde est la suprême expression de la toute-puissance de Dieu. Toute l’histoire du salut est maquée de bout en bout par le déploiement de cette miséricorde qui est avant tout dirigée vers les petits, les faibles, les opprimés, ceux qui reconnaissent qu’ils sont en manque et attendent la main secourable de Dieu. En effet, Dieu « fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés. Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l’étranger. Il soutient la veuve et l’orphelin, il égare les pas du méchant » (145, 7-9).
« Miséricordieux comme le Père » ; tel est le thème de ce jubilé extraordinaire de la Miséricorde ! Ce thème est une invitation : que nous soyons à notre tour et les uns pour les autres, miséricordieux comme le Père. C’est dire que la référence première, le repère primordial, c’est Dieu le Père. Que pouvons-nous faire alors pour être miséricordieux comme le Père ?
Frères et sœurs, cette Année Sainte est un temps de grâces. Alors que devons-nous faire ? C’est la même question que les foules qui venaient se faire baptiser par Jean ont posée dans l’Evangile. L’on peut dire qu’une telle question jaillit du plus profond du cœur de l’homme à la suite d’une annonce importante. L’Année Sainte de la Miséricorde est lancée : que devons-nous faire ? Je voudrais vous inviter à ouvrir votre cœur à Dieu. Ouvrez-Lui les portes de votre cœur pour qu’il prenne possession de tout votre être. L’ouverture du cœur est la disposition qui permet d’accueillir la Miséricorde de Dieu et de la donner à son tour. C’est pourquoi je reprends ces mots du Saint Père François pour vous, afin de vous aider à donner une bonne orientation au temps de grâces qui nous est accordé.
Au cours de cette Année Sainte, nous pourrons faire l’expérience d’ouvrir le cœur à ceux qui vivent dans les périphéries existentielles les plus différentes, que le monde moderne a souvent créées de façon dramatique. Combien de situations de précarité et de souffrance n’existent-elles pas dans le monde d’aujourd’hui ! Combien de blessures ne sont-elles pas imprimées dans la chair de ceux qui n’ont plus de voix parce que leur cri s’est évanoui et s’est tu à cause de l’indifférence des peuples riches ! Au cours de ce Jubilé, l’Eglise sera encore davantage appelée à soigner ces blessures, à les soulager avec l’huile de la consolation, à les panser avec la miséricorde et à les soigner par la solidarité et l’attention. Ne tombons pas dans l’indifférence qui humilie, dans l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, dans le cynisme destructeur. Ouvrons nos yeux pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et sœurs privés de dignité, et sentons-nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l’aide. Que nos mains serrent leurs mains et les attirent vers nous afin qu’ils sentent la chaleur de notre présence, de l’amitié et de la fraternité. Que leur cri devienne le nôtre et qu’ensemble, nous puissions briser la barrière d’indifférence qui règne souvent en souveraine pour cacher l’hypocrisie et l’égoïsme. (Misericordiae Vultus N° 15)
Frères et sœurs, nous sommes tous bénéficiaires de la Miséricorde de Dieu de multiples manières. Engageons-nous à notre tour ! Sortons de nous-mêmes ; apprenons à briser les obstacles qui nous empêchent de rejoindre ceux qui nous sollicitent sans que nous ayons pour eux la moindre attention. Accourrons vers ceux qui détournent le plus souvent nos regards par leurs conditions physiques, psychiques ou morales. Changeons de regard sur les personnes qui ont une vie publique scandaleuse. Soyons prêts à soulager, à consoler et à aimer plutôt qu’à dénigrer, rejeter et haïr.
Examinons attentivement notre vie pour voir les épines à arracher et les sècheresses à arroser afin d’être les bras qui embrassent, le cœur qui aime et partage, les pieds qui se hâtent pour être les missionnaires de l’amour et de la Miséricorde du Père. Nous sommes aimés de Dieu ; par conséquent, abandonnons toutes formes de peur et de soupçons malveillants pour épouser la joie de la rencontre avec tous sans distinction. Cette Année Sainte doit nous rendre meilleurs dans notre relation avec Dieu et avec les autres. Comme Zachée, nous bénéficions chaque jour de la Miséricorde de Dieu ; ayons le courage comme lui de rendre justice à ceux qui attendent quelque chose de nous pas seulement en termes matériels mais surtout en termes d’amour et de compassion.
Tout au long de l’année, des initiatives seront prises pour nous aider dans ce sens. Ne restons pas en marge de cela. Nous aurons avec la grâce de Dieu, la joie de vivre un pèlerinage diocésain les 20 et 21 février 2016 à Bam. Ne manquons pas à ce rendez-vous de la foi ! Que l’Esprit Saint, le dispensateur des dons divins ravive l’ardeur de notre cœur et nous guide tout au long de ce temps de grâces !
+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

MESSE DE RENTREE DES ECOLES CATHOLIQUES SAINT MARIUS A et B

Le samedi 17 octobre, les écoles catholiques saint Marius A et B ont célébré leur messe de rentrée à l’église de la paroisse Notre Dame de la Délivrande. Plus de 700 écoliers étaient au rendez-vous. La messe a été célébrée par l’abbé Martin NANA assisté du directeur diocésain, l’abbé Wenceslas ZOUNGRANA. L’évangile portait sur l’épisode de Jésus retrouvé au temple. Dans son homélie, l’abbé Martin a exhorté les écoliers à être, à l’exemple de Jésus, des élèves réfléchis et sages. il a aussi souhaité qu’ils puissent grandir en sagesse et en sainteté à l’image du petit Jésus de Nazareth.

Les écoliers en rang pour leur entrée dans l’église
une vue de l’assemblée des élèves
la première lecture faite par DIALLO Faouzatou
l’abbé Martin, le célébrant principal proclamant l’Evangile
une vue des enseignants

Jubilé d’argent et Vœux perpétuel des sœurs de sainte Marie de Torfou

Le jeudi 16 juillet le Père Évêque a participé aux vœux perpétuels de 7 religieuses de la congrégation des sœurs de sainte Marie de Torfou ainsi qu’au jubilé d’argent de quatre autres. La cérémonie présidée par Mgr Joachim OUEDRAOGO a eu lieu à l’église paroissiale de La-Toden.
Les sœurs concernées étaient les suivantes :
Jubilé d’argent :
- Sr Joséphine NANEMA
- Sr Martine SONDO
- Sr Marie-Madeleine OUEDRAOGO
- Sr Clotilde OUEDRAOGO

Vœux perpétuels :

- Soeur Natacha NIGNAN
- Sr Eveline-Michelle KYETHEGA
- Sr Blanche Valérie KANDO
- Sr Germaine OUEDRAOGO
- Sr Céline ROUAMBA, en service à l’école saint Charles de Cuahigouya
- Sr Véronique OUEDRAOGO, diocèse de Ouahigouya
- Sr Patricia YOUNGA, diocèse de Ouahigouya

les sœurs pendant la litanie des saints
Le Père Evêque félicitant les élues du jour

Ordination sacerdotales 2015

Le samedi 04 juillet s’est tenu à Bam, l’ordination sacerdotale de 05 prêtres par le père Evêque Justin KIENTEGA. Il s’agit des abbés Victor SAWADOGO (paroisse de Bam), des pères Nazaire BOUGMA (frère missionnaire des campagnes et originaire de la paroisse de Bam), Michel OUEDRAOGO (père blanc et originaire de la paroisse de Tikaré), Emmanuel OUEDRAOGO (rédemptoriste et originaire de la paroisse de Tikaré), François-Xavier PAPOKA ( frère missionaaire des campagnes et originaire de la RDC).

les élus du jour ; de gauche à droite : François-Xavier PAPOKA, Nazaire BOUGMA,Emmanuel OUEDRAOGO, Michel OUEDRAOGO et Victor SAWADOGO

Une foule nombreuse de prêtres, religieux et fidèles laïcs ont assisté à cette cérémonie d’ordination. A l’issue de la célébration, le père Evêque ainsi que les responsables des instituts religieux présents ont annoncé officiellement les lieux de mission des nouveaux prêtres ; ainsi l’abbé Victor SAWADOGO est envoyé dans la paroisse de Bourzanga, Père Michel OUEDRAOGO à Marseille en France, Père Emmanuel OUEDRAOGO dans la paroisse de Kossodo à Ouagadougou, père Nazaire BOUGMA dans le diocèse de Meaux en France et Père François-Xavier MAPOKA comme formateur au grand séminaire à Ouagadougou.
Puisse le Seigneur bénir leurs premiers pas de pasteurs et rendre fructueux leur ministère pastoral.

Le père Evêque recevant les promesses des jeunes prêtres
Les jeunes prêtres pendant la litanie des saints
Le père Evêque imposant les mains aux élus du jour
Les nouveaux prêtres en habits liturgiques
La brillant chorale de la paroisse de Bam conduite par M. OUEDRAOGO Emmanuel

Professions temporaires et jubilé d’argent des sœurs de Notre Dame du Lac de Bam

Le samedi 14 juin s’est tenu à Bam les professions temporaires de quatre religieuses, sœur Pascaline TOUGMA du diocèse de Koupela, soeurs Félicité SAWADOGO et Cathérine SAWADOGO du diocèse de Ouahigouya, soeur Thérèse ZONGO du diocèse de Koudougou. En plus des vœux temporaires quatre autres sœurs célébraient leur jubilé d’argent. Il s’agit des sœurs Marie Madeleine OUEDRAOGO, Marguerite SAWADOGO et Andréa SAWADOGO du diocèse de Ouahigouya, de la sœur Hélène DIENDERE du diocèse de Koudougou. Dans son homélie, le Père Evêque a remercié et félicité les sœurs de Notre Dame du Lac pour leur esprit d’humilité et de simplicité et les a exhorté à préserver ce charisme missionnaire qui leur vaut de nombreuses sollicitations dans de nombreux diocèses du Burkina et d’ailleurs.

les élus du jour : en première ligne les nouvelles professes et en seconde ligne les jubilaires
Le père Evêque recevant les vœux des sœurs
Ici, les jubilaires renouvellent leurs engagements
Une action de grâce bien anmée
Le Père Evêque posant avec les élus du jour

Sacrements à la paroisse Cathédrale

Le dimanche 24 Mai 2015, le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé la messe des sacrements à la Paroisse Cathédrale. Il y avait des enfants des jeunes et des adultes

La Procession d’entrée
Proclamation de l’Evangile par l’Abbé Charlemagne SAWADOGO
L’homélie du Père Evêque

L’Evêque Baptise devant le baptistère de la cathédrale

Décès et inhumation du Père Siméon SAWADOGO

Le père Siméon a été rappelé à Dieu le lundi 4 mai 2015 à Ouagadougou où il s’était rendu pour un contrôle de santé. Il a été inhumé le jeudi 7 mai après avoir fait le tour des paroisses de Sabcé, Bam, Kongoussi, Tikaré et Seguenega. La cérémonie des obsèques présidée par le père Evêque Justin KIENTEGA a connu la participation du cardinal Philippe OUEDRAOGO, de trois Evêques issus de sa promotion (Mgr Anselme SANOU, Mgr Jean-Marie COMPAORE et Mgr Wenceslas COMPAORE) et Mgr Gabriel SAYAOGO.
Nous vous proposons ici son curriculum vitae :
Le Père Siméon est né à Biliga, Paroisse Notre Dame du Lac Bam, le 31 Décembre 1931 de Lazare SAWADOGO et de Adèle SAWADOGO. Il a été baptisé le 06 janvier 1932.

1. Les étapes de sa formation

 Ecole primaire à Bam de 1943 à 1948 ;
 Petit Séminaire de Pabré de 1948 à 1953 ;
 Petit Séminaire de Nasso de 1953 à 1956 ;
 Grand Séminaire de Koumi de 1956 à 1962 ;
 Diaconat au grand séminaire de Koumi le 28 Août 1962 ;
 Ordination presbytérale à la paroisse Notre-Dame du Lac Bam le 02 septembre 1962 par Monseigneur Louis DURRIEU.
Devise sacerdotale du Père Siméon SAWADOGO : « Le puissant fit pour moi des merveilles, saint est son nom ! » (Lc 1, 49)

2. Les étapes de son ministère sacerdotal comme prêtre diocésain

 Vicaire à la paroisse Saint Joseph Artisan de Gourcy de 1962 à 1965 ;
 Professeur-formateur au Petit Séminaire Notre Dame d’Afrique de Koudougou de 1965 à 1967 ;
 Deux séjours à la paroisse Notre Dame du Lac Bam comme vicaire de 1967 à 1968 puis de 1975 à 1977 ;
 Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique de Ouahigouya de 1968 à 1969 ;
 Vicaire puis curé à la paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception de Tikaré de 1969 à 1972 ;
 Curé de la Paroisse Cathédrale Notre Dame de la Délivrande de 1972 à 1974 ;
 Etudiant à l’ISTR d’Abidjan de 1974 à 1975 ;
 Professeur-formateur au Grand Séminaire Saint Jean Baptiste de Wayalgê de 1977 à 1979 ;
 Etudiant à l’Institut Catholique de Paris de 1979 à 1981. Il y obtint un diplôme de Maîtrise en Théologie ;
 Curé fondateur de la Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Kongoussi de 1981 à 1988 ;
 Curé de la Paroisse Saint Joseph Artisan de Gourcy de 1988 à 1991 ;
 Année sabbatique dans la Paroisse Saint-Yrieix-la-Perche à Limoges en France de 1991 à 1992 ;
 Vicaire à la Paroisse Saint Mathias MULUMBA de Djibo de 1992 à 1999 ;
 Vicaire à la paroisse Notre Dame de Toutes Joies de Titao de 1999 à 2001 ;
 Curé intérimaire de Bièvres, diocèse de Evry en France de 2001 à 2002 ;
 Aumônier du Centre de Formation des Catéchistes de Bam (CFC) de 2002 à 2008 ;
 Confesseur à la chapelle d’adoration perpétuelle Bethléem à Ouagadougou de janvier à juin 2013.

Depuis 2008, il est résident à la Paroisse Notre Dame du Lac Bam jusqu’au 04 mai 2015, date à laquelle il nous a quittés pour la maison du Père, en sa 53ème années de sacerdoce. Puisse-t-il y être accueilli par le glorieux chœur des anges et des saints et conduit à la contemplation de la Trinité Sainte pour les siècles des siècles.

Un griot rendant hommage au père Siméon
Le cardinal Philippe OUEDRAOGO président à l’absoute
La parenté à plaisanterie était de la partie
L’arrivée de la dépouille au petit séminaire pour l’inhumation et le mot du père supérieur

Mot d’accueil de la dépouille mortelle du Père Siméon au Séminaire
Très cher père Siméon,
Après avoir traversé tout le diocèse de l’Est à l’ouest pour recevoir un hommage bien mérité après 54 ans de vie au service du troupeau du Seigneur, Après cette fervente célébration eucharistique pour que la miséricorde de Dieu vous couvre sous on ombre, vous voici à la porte de Nazareth.
Venez et entrez. Ici se trouvent les jeunes pousses des arbres qui remplaceront l’arbre géant que vous avez été.
Venez et reposez vous, ici chaque matin et chaque soir, des voix d’enfants faisant lever leur prières vers le Dieu Vivant, accompagnerons votre repos.
Venez et reposez vous ! Remettez votre épée de combat à cette génération qui prend la relève. Comme le prophète Elie à son successeur 2lisée, laisser votre mentaux entre ces mains jeunes et disponibles.
Venez reposez vous, soyez l’humus qui fécondera cette terre de Nazareth pour que toute les vocations transplantez ici puissent grandir, fleurir et porter du fruit. Père Siméon, que la terre de Nazareth te soit légère. Que par la miséricorde de Dieu, votre Ame et celles des fidèles défunts reposent en paix.
Ab Raoul KONSEIMBO

la bénédiction de la tombe par Mgr Jean Marie COMPAORE

Décès et inhumation de l’abbé Mathieu SAWADOGO

L’abbé Mathieu SAWADOGO été rappelé à Dieu le vendredi 1er mai 2015, alors qu’il se rendait au Monastère Sainte Claire de Saye pour administrer le sacrement de la Réconciliation aux Moniales.

Il a été inhumé le lundi 04 mai. Puisse-t-il y être accueilli par le glorieux chœur des anges et des saints et conduit à la contemplation de la Trinité Sainte pour les siècles des siècles. Voici son curriculum vitae :
L’ABBE MATHIEU SAWADOGO est né à Looga, paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception de Tikaré, en 1958 de SAWADOGO Dieudonné et de Feu SAWADOGO Juliette. Il a été baptisé le 03 octobre 1958.

1. LES ETAPES DE SA FORMATION

 Ecole primaire à Looga de 1967 à 1973 ;
 Petit Séminaire de Koudougou 1973 à 1978 ;
 Interséminaire de Kosoogê de 1978 à 1981
 Entée au Grand Séminaire Saint Jean Baptiste de Wayalghin en 1981 ;
 Admissio en 1983 ;
 Stage pastoral à la Paroisse Cathédrale Notre Dame de la Délivrande de 1985 à 1986 ;
 Diaconat au grand séminaire de Koumi en juin 1987 par Monseigneur Antonio Mattiazzo, Nonce Apostolique ;
 Ordination presbytérale à la paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception de Tikaré le 09 juillet 1988 par Mgr Marius OUEDRAOGO.

2. LES ETAPES DE SON MINISTERE SACERDOTAL

 Vicaire coopérateur à la paroisse Notre-Dame de la Délivrande de Ouahigouya de 1988 à 1989 ;
 Secrétaire épiscopal de 1989 à 1992 ;
 Vicaire coopérateur à la paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Kongoussi de 1992 à 1993 ;
 Curé de la Paroisse Notre Dame de Toutes Joies de Titao de 1993 à 1998 ;
 Vicaire et aumônier des jeunes à la Paroisse Cathédrale Notre Dame de la Délivrande de Ouahigouya de 1998 à 2001 ;
 Curé de la Paroisse Notre Dame du Lac Bam de 2001 à 2008 ;
 Envoyé en coopération missionnaire au Mexique de 2008 à 2012 ;
 Résident à la Paroisse Cathédrale Christ Roi de l’Univers de Ouahigouya et chargé de la fondation du Foyer de charité de 2012 à 2014 ;
 Confesseur des Moniales Clarisses de 2013 à 2015 ;
 Formateur et père spirituel au Petit Séminaire Notre Dame de Nazareth de Ouahigouya pour l’année pastorale 2014-2015 ;

l’arrivée de la dépouille mortelle à la cathédrale
une vue de l’assemblée
Les officiels présents à la célébration
Une vue des prêtres
l’absoute assurée par Mgr Joachim OUEDRAOGO
En route pour l’inhumation au petit séminaire notre Dame de Nazareth
L’inhumation au petit séminaire

Célébration de la passion de Notre seigneur Jésus Christ au petit séminaire Notre Dame de Nazareth

Le vendredi saintt, le père Évêque s’est rendu au petit séminaire de Nazareth où il a présidé la célébration de la passion. La célébration a connu la présence de nombreux prêtres et fidèles laïcs venus de la ville.

Le Père Evêque présidant a prière universelle
Le dépouillement de la croix
Le Père Evêque vénérant la croix
La préparation de la communion

Dans le cadre de sa participation aux célébrations de Pâques, le Père Evêque a présidé la cérémonie de la veillée pascale à la cathédrale. Nous vous proposons ici l’intégralité de l’homélie qu’il a prononcé à cette occasion

Chers frères et sœurs,
Qu’en cette nuit, où le Christ a surgi du tombeau pour le salut du monde, où la lumière a déchiré les ténèbres, où la création tout entière est régénérée, vous soyez tous comblés de bénédictions de la part du Seigneur !
Oui, en cette nuit très sainte où la tristesse fait place à la joie, l’affolement à la consolation, la peur au courage, je voudrais vous inviter à l’espérance : espérance que notre vie d’hommes avec ses limites est entrée dans la vie de Dieu ; espérance que le mal est définitivement détruit ; espérance encore que l’ère d’un nouveau départ a soufflé. En effet, Pâques est la fête de la nouvelle création. Jésus est ressuscité et ne meurt plus. Il a ouvert la porte d’une vie nouvelle qui ne connaît plus ni maladie ni mort. Pâques est le jour d’une nouvelle création, c’est la raison pour laquelle en ce jour, l’Église commence la liturgie par l’ancienne création, afin que nous apprenions à bien comprendre la nouvelle. Et le récit de la création commence par la création de la lumière. Dieu dit : « Que la lumière soit » (Gn 1,3).
C’est une orientation, une vision que Dieu a en commençant la création par la lumière. On peut dire que pour Dieu, la lumière est ce qui est premier et qui permet aux autres éléments de la vie d’être et de se déployer. Elle est source de possibilité et d’efficacité. « La lumière rend possible la vie. Elle rend possible la rencontre. Elle rend possible la communication. Elle rend possible la connaissance, l’accès à la réalité, à la vérité. Et en rendant possible la connaissance, elle rend possible la liberté et le progrès. Le mal se cache. La lumière par conséquent est aussi une expression du bien qui est luminosité et créé la luminosité. C’est le jour dans lequel nous pouvons œuvrer. Le fait que Dieu ait créé la lumière signifie que Dieu a créé le monde comme lieu de connaissance et de vérité, lieu de rencontre et de liberté, lieu du bien et de l’amour. La matière première du monde est bonne, l’être même est bon. Et le mal ne provient pas de l’être qui est créé par Dieu, mais existe seulement en vertu de la négation. »
L’homme a nié Dieu et le mal est entré dans le monde ; l’obscurité se fit sur toute la terre. Dès lors, le chemin de Dieu connaît la concurrence car l’Ennemi a également réussi à tracer un autre chemin. Depuis ce temps, l’homme est déchiré intérieurement, il est partagé entre ses passions et l’amour bienveillant de Dieu. Cet antagonisme déstabilisateur fait de lui un être triste, insatisfait et infidèle. Mais tout cela ne perturbe pas Dieu. Il connaît l’homme qu’il a créé. C’est pourquoi il ne saurait revenir sur son alliance avec ce dernier parce qu’il est Dieu et non pas homme, il est fidèle en ses promesses.
Pour réaliser l’une de ses grandes promesses qui est de sauver l’homme perdu par le péché, il envoie son Fils unique dans le monde. Ce Fils, premier né de toutes les créatures vient assumer tous les aspects de la vie de l’homme excepté le péché qui est cette négation de Dieu et de son amour. Avec Jésus, Dieu décide de mettre fin aux ténèbres de la vie de l’homme ; avec Jésus, Dieu se souvient et sauve ; avec Jésus, Dieu rachète en démontrant qu’il n’a point d’égal au ciel et sur la terre. Avec Jésus enfin, Dieu fait intervenir la Pâques. Il a encore là une nouvelle occasion pour redire comme au premier jour de la création : « que la lumière soit ! » Et il en fut ainsi. Jésus se lève du tombeau et apporte au monde une nouvelle lumière. Jésus se lève du tombeau et démontre que la vie est plus forte que la mort ; le bien est plus fort que le mal ; l’amour est plus fort que la haine ; la vérité est plus forte que le mensonge. L’obscurité des jours passés est dissipée au moment où Jésus ressuscite du tombeau et devient, lui-même, pure lumière de Dieu.
Chers frères et sœurs,
La résurrection de Jésus est un acte divin, un acte que Dieu a opéré dans sa souveraine puissance et que les hommes ne peuvent pas expliquer sans en diminuer la grandeur, sans en affadir le sens et sans le ramener à la mesure de la compréhension de leur esprit limité.
Christ est ressuscité signifie qu’il n’a pas été anéanti ni réduit à rien comme ses ennemis l’ont voulu. Sa résurrection est un signe de la victoire du bien sur le mal et fonde notre espérance que la mort qui nous effraie tant n’est pas un anéantissement mais le moyen qui nous permet de faire le passage de notre monde vers le monde de Dieu. La résurrection du christ fonde notre espérance d’être un jour définitivement à l’abri de la peine, à l’abri de la souffrance.
Pour cette raison, nous devons nous laisser non pas traverser par la lumière de Pâques mais pénétrer par elle. Accueillons cette lumière au plus profond de notre être. Et en l’accueillant, devenons des hommes nouveaux, portés vers l’accomplissement du bien.
L’ange qui est apparu aux femmes leur a dit : « n’ayez pas peur… Allez dire à ses disciples qu’il est ressuscité » ! N’ayez pas peur : c’est une forte interpellation en cette fête de Pâques. En effet, bon nombre de chrétiens vivent dans une peur permanente ; certains se laissent angoissés par les circonstances banales de la vie en voulant trouver une explication à tout ; d’autres sont perpétuellement inquiets pour l’avenir. Il ne doit pas en être ainsi. Si nous sommes les témoins et les messagers de Pâques, nous ne devons plus vivre comme si la nuit du péché et de la mort tenait notre espérance captive. Christ est ressuscité et notre espérance en la vie éternelle doit être solide. Pourquoi donc avoir encore peur ?
Est-ce que le Christ qui est mort et ressuscité pour nous ne peut pas nous aider ? S’il a pu vaincre le pire ennemi de l’homme, c’est-à-dire la mort, c’est le signe que tout est vaincu ; rien ne doit plus compromettre la vie de l’homme. En Jésus, nous avons le salut, en Jésus nous sommes fondés à tout espérer. Il n’y a donc plus place à la peur dans notre vie ; il n’y a plus de problème qui ne puisse encore trouver de solution. Si la mort a trouvé une solution, la maladie a une solution ; la déception a une solution ; la pauvreté a une solution ; les problèmes de foyer ont une solution ; les soucis de tous ordres ont une solution. Le Ressuscité est la solution de nos angoisses. Il n’y a plus lieu d’aller à gauche et à droite.
En cette nuit solennelle où la tristesse fait place à la joie, la peur à l’assurance, l’égoïsme à l’amour, Dieu le Père par son Fils unique nous appelle à un nouveau départ, à un renouvellement total de notre être. La Solennité de Pâques est la fête de l’amour de Dieu pour l’homme, de la sollicitude de Dieu pour sa créature fragile et faible. Alors, rendons grâce au Seigneur en cette nuit où nous sommes devant l’illumination de la résurrection de son fils. Pâques est le meilleur salut que l’humanité puisse attendre. Et comme aux femmes, l’ange du Seigneur vêtu de blanc nous envoie partout dans le monde pour porter la joyeuse nouvelle.
Chers frères et sœurs,
Pour nous aujourd’hui, la vie éternelle a déjà commencé. Ne pas prendre conscience de cela, c’est douter encore de la résurrection du Christ et de la réalité du sacrement du Baptême qui nous rend participants des effets de cette résurrection. Pour nous donc, la vie éternelle a déjà commencé.
Laissons donc éclater notre joie ! Chantons l’alléluia pascal ! Chantons l’alléluia de la victoire du Christ, car devant nous s’est ouvert l’horizon radieux de la vie éternelle. Chantons l’alléluia du triomphe du Christ parce que cette nuit encore notre famille va s’agrandir par la grâce de nouveaux baptisés.
A nos frères élus pour recevoir le Baptême en cette nuit pascale, nous disons : « Soyez attentifs à la Parole de Dieu qui vous a été transmise pendant votre temps de formation ». C’est à une nouvelle vie que vous êtes appelés. Nous nous réjouissons avec vous et nous prions pour que Dieu vous rende forts. A votre tour, soyez convaincus de l’amour de Dieu ! Mettez Dieu au dessus de tout !
Pâques, c’est la naissance d’un peuple nouveau qui est le ferment du monde nouveau. Chers baptizandis, vous entrerez dans le peuple de Dieu. Que votre venue n’accroisse pas seulement le nombre de chrétiens ; faites tout pour que votre agrégation à l’unique corps du Christ renforce la qualité de vie et de témoignage de ce même corps. Ayez toujours à l’esprit que le Christ est victorieux pour l’éternité. Et face au Christ, la défaite des puissances la mort est évidente.
Chers frères et sœurs, laissons éclater l’alléluia de la victoire du Christ sur la mort et puissions-nous le chanter toujours et jusqu’à la vie éternelle ! A la lumière de Pâques, forts de la grâce du Christ ressuscité, à l’instar des apôtres et des saintes femmes, engageons-nous pour que l’espérance de Pâques fasse de tous les baptisés des êtres nouveaux, ferments du monde nouveau. A toutes et à tous, je dis bonne fête de Pâques !
+ Justin KIENTEGA
Evêque de Ouahigouya

Engagement des Catéchistes du diocèse dans la paroisse de Tikaré

Le 02 Mai 2015, le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé la Cérémonie d’engagement de deux couples de catéchistes.

La Procession d’entrée
L’Encensement
Proclamation de l’Evangile par Abbé Paul Damien SAWADOGO, Curé de la paroisse de Tikaré
Homélie du Père Evêque
Les couples de catéchistes devant l’autel pour leur engagement
Litanie des saints
Prière de Bénédiction
Vêture
Félicitations
Signatures
Consécration
Per Ipsum : Abbé Louis OUEDRAOGO, responsable du centre de formation des catéchistes, à la droite du Père Evêque

Décès et inhumation du catéchiste Paul OUEDRAOGO

Le lundi 23 février a eu lieu à l’église sainte Thérèse de Kongoussi l’inhumation du catéchiste Paul OUEDRAOGO, père de l’abbé Félix OUEDRAOGO ; Le décès du catéchiste Paul OUEDRAOGO est survenu contre toute attente le dimanche 22 février dans sa 77° année. De retour de la colline mariale Fâagr-Ma-Tanga de Kongoussi où il s’était rendu pour le pèlerinage paroissial, le catéchiste Paul a déjeuné, puis est rentré pour se reposer ; et c’est là que l’appel du Seigneur l’a trouvé. Il a exercé sa mission de catéchiste pendant 34 an :
- de 1963 à 1983 à Mafoulou
- de 1983 à 1997 la mission catholique de Bam.
C’est en 1997 qu’il a pris sa retraite et s’est retiré à Kongoussi en compagnie de son épouse Véronique OUEDRAOGO.
Son inhumation a eu lieu le lundi 23 février en présence de trois Evêques Mgr Justin KIENTEGA, Mgr Joachim OUEDRAOGO, Mgr Gabriel SAYAOGO ainsi que de nombreux prêtres, religieux, religieuses et fidèles laïcs accourus de partout pour l’accompagner dans sa dernière demeure.Puisse-t-il reposer en paix

L’abbé Félix OUEDRAOGO accueillant la dépouille mortelle à l’entrée de l’église
la présence réconfortante de nos pères Evêques
De nombreux fidèles sont venus prier pour le catéchiste Paul

Décès et inhumation du catéchiste Albert OUEDRAOGO

Le 03 janvier 2015 a eu lieu, à l’église paroissiale de Kongoussi, les obsèques du catéchiste Albert OUEDRAOGO, père des abbés Hyacinthe et Boniface OUEDRAOGO ainsi que de la sœur Léontine OUEDRAOGO. Le catéchiste Albert OUEDRAOGO est décédé le 02 janvier à l’âge de 82 ans. Il a servi principalement dans la paroisse de Bourzanga pendant une trentaine d’année et s’était retiré à Kongoussi depuis 1991 pour sa retraite. Ses obsèques ont connu la présence de trois Evêques, Mgr Justin KIENTEGA, Mgr Joachim OUEDRAOGO, Mgr Gabriel SAYAOGO ainsi que de nombreux prêtres, religieux, religieuses et fidèles laïcs accourus de partout pour l’accompagner dans sa dernière demeure. Après la célébration eucharistique, le catéchiste Albert a été inhumé dans son village natal à Boalin. Puisse le Seigneur lui accorder le repos éternel, la récompense promise à ceux qui lui sont fidèles.

Papa Albert
L’arrivée du corps à l’église
La procession d’entrée

Fête patronale du Petit Séminaire Notre Dame de Nazareth

Le 7décembre 2014, le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé la célébration de la fête du Séminaire.

Les concélébrants
Les séminaristes et les concélébrants

Dans l’après-midi, les séminaristes nous ont offert un match de football avec leurs amis du lycée municipal de Ouahigouya. les lycéens sont sortis vainqueurs avec 3 buts marqués contre 1.

L’équipe du séminaire
L’équipe du lycée
Les deux équipes

Solennité de l’Immaculée Conception au monastère des soeurs Clarisses à Saye : Jubilé d’argent Soeur Klara Felcita

Le lundi 8 décembre 2014, en la solennité de l’Immaculée Conception, les moniales célébraient ladite solennité en même temps le jubilé de leur ainée Soeur Klara Felcita. Le Père Evêque a présidé la messe jubilaire.

Les participants et les religeuses
La chorale francophone de la cathédrale
La procession d’entrée
Les Concélébrants
Les moniales dansent
La soeur Klara Felicita renouvelle ses voeux devant le Père Evêque Justin KIENTEGA
Le Père Evêque signe le document des voeux de soeur Klara Felicita
Les félicitations à la Jubilaire
La Consécration
La Jubilaire communie au Corps et au Sang du Christ
Les moniales avec le Père Evêque
La Jubilaire ave c le Père Evêque Justin KIENTEGA

Solennité de la Toussaint à Tougou

Pour la fête de la Toussaint, le Père évêque s’est rendu dans la paroisse de Titao au village Tougou pour y célébrer la solennité. A l’issu de la messe, il béni la tombe de la catéchiste Élisabeth GANAME, décédée en septembre 2014.

Procession d’entrée
La prédication
Les fidèles chrétiens
La consécration
Bénédiction de la tombe de Elisabeth GANAME

Célébration au camp militaire de Ouahigouya

Le dimanche 09 novembre 2014, le père Evêque s’est rendu dans la chapelle saint Michel du camp militaire pour y célébrer la dédicace de la basilique du Latran. Il a été accompagné de l’aumônier militaire, l’abbé Charles GANSONRE.

Les lecteurs
L’offertoire
La communion
La chorale de la chapelle
Les fidèles de l’assemblée dominicale
Le mot de remerciement

Profession perpétuelle de Sœur Rose de la Divine Miséricorde K. PORGO

Le 06 septembre 2014 a eu lieu dans la Paroisse Saint Joseph de Gourcy, la profession perpétuelle de Sœur Rose de la Divine Miséricorde Kiswendsida PORGO dans la Compagnie de Sainte Thérèse de Jésus. La célébration a été présidée par le Père Evêque Justin KIENTEGA en présence de son Excellence Monseigneur Gabriel SAYAOGO (Evêque de Manga), d’un certain nombre de prêtres venus du Burkina et de Côte d’Ivoire ainsi que de religieux, religieuses et de fidèles laïcs venus des mêmes contrés.

Le rang en attendant la procession d’entrée
JPEG - 72.5 ko
Le célébrant pricipal, le Père Evêque Justin KIENTEGA
JPEG - 62.5 ko
L’élue du jour
JPEG - 62.2 ko
Les commentatrices
JPEG - 58.9 ko
La prostration pendant la litanie des saints
JPEG - 70.7 ko
La Sœur Rose PORGO professant ses vœux
JPEG - 70.8 ko
La bénédiction solennelle de la professe
JPEG - 72.8 ko
La remise de l’anneau
JPEG - 70.5 ko
La Sœur Rose PORGO signant l’acte de profession
JPEG - 59.3 ko
Des sœurs déléguées parafent l’acte de profession
JPEG - 63.8 ko
La Sœur Rose PORGO parmi ses consœurs
JPEG - 71.4 ko
Des pas de danse pendant le chant d’action de grâce
JPEG - 70.3 ko
Michel PORGO, représentant de la famille remerciant l’assemblée
JPEG - 60.8 ko
La Sœur Genoveva NDJAMBELA, coordinatrice déléguée
JPEG - 56.1 ko
Monseigneur Gabriel SAYAOGO, Evêque de Manga
JPEG - 68 ko

Célébration des funérailles chrétiennes de Monsieur Gérard Kango OUEDRAOGO

Le lundi 07 juillet 2014, le Père Evêque Justin KIENTEGA accompagné de quatre autres évêques et plusieurs prêtres ont célébré les funérailles chrétiennes de Monsieur Gérard Kango OUEDRAOGO, une grande figure de la Haute Volta, Burkina Faso. La messe a été présidée par son Eminence le Cardinal Philippe OUEDRAOGO qui a bien connu Monsieur Gérard Kango OUEDRAOGO lorsqu’il était pasteur de Ouahigouya.

Le Curé de la Cathédrale, l’Abbé Gabriel KINDO, accueillent le défunt à l’entrée avant la messe
JPEG - 43.9 ko
Le Père Evêque, les évêques présents aux obsèques et une foule nombreuse
JPEG - 44.5 ko

Solennité des Apôtres Pierre et Paul

Le dimanche 29 juin 2014, solennité des Apôtres Pierre et Paul, le Père Evêque s’est rendu dans la Paroisse Sainte Bernadette de Boussou. Il y a célébré les sacrements de l’initiation chrétienne pour les enfants, les adolescents et quelques adultes fonctionnaires.

La procession d’entrée
JPEG - 60.3 ko
La prédication
JPEG - 58.4 ko
Baptême
JPEG - 57 ko
Confirmation
JPEG - 56.9 ko
Procession des offrandes en pas de danse
JPEG - 64.3 ko

Célébration de la solennité de la Pentecôte

En la solennité de la Pentecôte, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé célébrer l’eucharistie avec les fidèles de la Paroisse Cathédrale et y a conféré les sacrements du baptême (écoliers, 3 adultes et 5 bébés), la première communion et la confirmation des écoliers.

Baptême d’adulte
JPEG - 42.9 ko
Baptême d’un bébé
JPEG - 47 ko
Le groupe des confirmandi à la litanie des saints
JPEG - 54.3 ko
Un jeune confirmandus
JPEG - 45.2 ko
Une jeune confirmanda
JPEG - 44.9 ko

Célébration du jour de Pâques, résurrection du Seigneur avec les moniales clarisses

Le jour de Pâques, 20 avril 2014, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé présider la messe de résurrection du Saigneur au monastère des clarisses à Saye en compagnie des deux aumôniers, les Abbés Vincent de Paul ZALLE et Olivier N. OUEDRAOGO. Quelques fidèles sont venues communier à cette célébration.

Le Père Evêque et les aumôniers des moniales
JPEG - 37.9 ko
Les fidèles venues assister à la messe
JPEG - 39.8 ko
La consécration
JPEG - 39 ko
La communion des moniales
JPEG - 44.4 ko
La danse des moniales à la messe
JPEG - 40.7 ko
La bénédiction solennelle du jour de Pâques à Saye
JPEG - 35.5 ko

Célébration de la Vigile pascale : Samedi Saint

Le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé le 19 avril 2014, la messe de la Vigile pascale à la Paroisse Cathédrale Christ-Roi de l’Univers de Ouahigouya. Au cous de cette célébration, des adultes ont reçu le baptême.

Le Père Evêque prêchant
JPEG - 44.1 ko
Baptême d’un adulte
JPEG - 45.7 ko
Baptême d’une adulte
JPEG - 42 ko
Les promesses de baptême
JPEG - 45.2 ko
L’onction du Saint Chrême
JPEG - 45.1 ko
Le rite de remise de la lumière
JPEG - 49.1 ko
Les chorales
JPEG - 54.1 ko
Les prêtres concélébrants
JPEG - 44.5 ko

Célébration de la Passion du Christ, Vendredi Saint

Le vendredi saint, le Père Evêque Justin KIENTEGA s’est rendu au Petit Séminaire Notre Dame de Nazareth pour la célébration de la Passion. Elle a eu lieu à 18h.

Ecoute de la Parole de Dieu
JPEG - 38.9 ko
La prédication
JPEG - 37.5 ko
Les grandes invocations
JPEG - 36.6 ko
Le rite du dépouillement de la croix
JPEG - 51.2 ko
La vénération de la croix du Père
JPEG - 44.1 ko
La vénération de la croix des séminaristes
JPEG - 50.3 ko
Les prêtres participants
JPEG - 41.1 ko

Célébration du Jeudi Saint, fête du sacerdoce

Dans la soirée du jeudi saint, le Père Evêque Justin KIENTEGA et son secrétaire se sont rendus à la Paroisse Notre Dame de la Délivrande de Ouahigouya pour y célébrer la Cène du Saigneur.

La procession d’entrée
JPEG - 58.5 ko
La chorale morephone
JPEG - 62.5 ko
La chorale française
JPEG - 60.5 ko
Le Père Evêque durant la prédication
JPEG - 43.1 ko
Le rite du lavement des pieds
JPEG - 47.5 ko
La communion
JPEG - 48.1 ko
Des cadeaux sont offert aux prêtres et à l’évêque pour la fête du sacerdoce
JPEG - 46.1 ko

Célébration des Saintes Huiles à Tikaré

Le dimanche 23 mars a eu lieu dans la paroisse de Tikaré la messe de bénédiction des Saintes Huiles. De nombreux fidèles de ladite paroisse et des délégués des autres paroisses du diocèse ont participé à la belle liturgie que présidait le Père Evêque Justin KIENTEGA.

La chorale morephone en violet
JPEG - 50.3 ko
La chorale des jeunes
JPEG - 53.9 ko
Le Père Evêque a prêché sur le sens des huiles et sur les sacrements
JPEG - 47.1 ko
La réception des huiles
JPEG - 53.5 ko
La consécration du Saint Chrême
JPEG - 51.9 ko
Les prêtres con célébrants et des participants
JPEG - 51.3 ko
La consécration
JPEG - 44.6 ko
L’action de grâce
JPEG - 51.8 ko

Présentation de condoléances à Foore

L’après-midi du dimanche 23 mars 2014, le Père Evêque Justin KIENTEGA s’est rendu dans la famille de son camarade de petit séminaire Léopold OUEDRAOGO dans le village de Foore, paroisse de Tikaré. Il y est allé présenter ses condoléances à la famille pour le décès du papa de son camarade et prier sur la tombe du défunt : Jacques OUEDRAOGO

Prière à la tombe
JPEG - 57 ko
Salutations des vieux du village
JPEG - 52.4 ko

Installation de l’Abbé Simplice KANE, Curé de la Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Kongoussi

Le dimanche 09 mars 2014, premier dimanche de Carême, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé présider la messe dans la Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus à Kongoussi. C’est au cours de cette célébration eucharistique que l’Abbé Simplice KANE, curé nommé en début mai 2013 a été installé.

La procession d’entrée
JPEG - 47 ko
Le Evêque Justin KIENTEGA recevant l’eau de bienvenue
JPEG - 41 ko
Le Evêque Justin KIENTEGA prêchant
JPEG - 39.4 ko
Profession de foi et serment de l’Abbé Simplice KANE
JPEG - 47.9 ko
La signature des actes
JPEG - 42.1 ko
Le curé porte la communion aux fidèles
JPEG - 54.9 ko
Une des chorales qui a animé la messe
JPEG - 51 ko
L’équipe des prêtres et du grand séminariste stagiaire
JPEG - 46.5 ko
La remise des clés de l’Eglise, du tabernacle et du presbytère : symbole e sa mission de gardien
JPEG - 43.5 ko
Ouverture et fermeture du Tabernacle
JPEG - 49.4 ko
Le curé sonne la cloche pour inviter à la prière
JPEG - 53.3 ko
Le rite de la confession
JPEG - 50.3 ko
Le curé installé à la droite du Père Evêque
JPEG - 37 ko
Le repas de fête (la maman de l’Abbé Simplice KANE)
JPEG - 48.7 ko

Séance de rencontre avec la jeunesse de Kongoussi

Après l’installation du curé dans la matinée, l’après-midi fut consacré à une rencontre du Père Evêque Justin KIENTEGA avec la jeunesse chrétienne de la paroisse dans le but de les connaître, les encourager et répondre à leurs questions diverses.

Le Père Evêque avec les jeunes
JPEG - 63.1 ko

Bénédiction de la chapelle et de certains services du Centre Médical Notre Dame de la Miséricorde de Bam

Le 11 février 2014, à l’occasion de la journée mondiale des malades, le Père Evêque Justin KIENTEGA a procédé à la bénédiction de la chapelle, des bâtiments de l’ophtalmologie, de l’imagerie médicale et du laboratoire du Centre Médical Notre Dame de la Miséricorde de Bam. Y étaient présents les différents partenaires qui ont contribué à leur réalisation, à savoir deux délégations d’Italie, des représentants du clergé et de nombreux fidèles du diocèse de Ouahigouya.

Le Père Evêque Justin KIENTEGA pendant la bénédiction de l’ophtalmologie
JPEG - 10.5 ko
Des partenaires prêtres : Don Sandro et Don Franco
JPEG - 24.4 ko
Une vue du Hall de l’ophtalmologie
JPEG - 13.2 ko
Don Sandro pendant l’aspersion
JPEG - 12.6 ko
Une vue du chœur de la chapelle
JPEG - 15.2 ko
Le Père Justin KIENTEGA et quelques concélébrants pendant l’adoration du Saint Sacrement
JPEG - 12.9 ko
Monsieur Nazaire NIKIEMA, délégé du personnel
JPEG - 18.1 ko
Dr Maria Noelie OUEDRAOGO, présidente du Conseil d’Administration
JPEG - 19.4 ko

Célébration au CSPS du secteur 4 de Ouahigouya

L’aumônerie des structure de santé de la ville de Ouahigouya a organisé une messe de Noël et du nouvel an au pofit des malades et du personnel au CSPS du secteur 4 de la ville. La messe était présidée par le Père Evêque avec la concélébration de l’aumônier et du Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique

Le Père Evêque présidant
JPEG - 81.8 ko
La chorale du secteur
JPEG - 83.3 ko
Quelques pas de danse au chant d’action de grâce
JPEG - 89.4 ko
Le responsable chrétien du secteur présentant les vœux aux malades et au personnel
JPEG - 85.1 ko

Bénédiction de la chapelle de la CCB de Tâng-zugu Gore à Tikare

Le samedi 4 janvier 2014, le Père Eêque Justin KIENTEGA a présidé la bénédiction de la chapelle de la CCB de Tâng-zugu Gore dans la paroisse de Tikare. Elle est dédiée à Notre Dame du Perpétuel secours.Le donateur de la chapelle est feu M. Philippe qui était président des ressortissants catholiques de Tikare à Ouagadougou.

La procession d’entrée
JPEG - 82.5 ko
Les évêques concélébrants : Messeigneurs Séraphin François ROAMBA et Gabriel SAYAOGO
JPEG - 76.7 ko
La bénédiction de l’eau
JPEG - 70.9 ko
le Père Evêque aspergeant la chapelle
JPEG - 63.9 ko
Le Père Evêque prêchant
JPEG - 81.7 ko
Le Père Evêque a baptisé 5 adultes et un enfant au cours de la célébration de bénédiction
JPEG - 83.8 ko
La consécration
JPEG - 107.9 ko
Une des chorales ayant animé la messe
JPEG - 91.7 ko
Le Prof. Michel Filga SAWADOGO, porte parole des ressortissants saluant Monseigneur Gabriel SAYAOGO, Evêque de Manga
JPEG - 82.3 ko
Le Père Evêque et des promotionnaires de petit séminaire : M.Camille BOENA (instituteur) et Dr Henri YAMEOGO (pharmacien)
JPEG - 99.6 ko
Une vue de la chapelle Notre Dame du Perpétuel secours
JPEG - 82.4 ko

Installation du curé de Séguénéga

Le dimanche 29 décembre2013, solennité de la Sainte Famible, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé célébré avec la communauté paroissiale de Séguénéga, l’installation du nouveau curé en la personne de l’Abbé Nazaire SAWADOGO

La chorale paroissiale
JPEG - 102.7 ko
Le Père Evêque prêchant
JPEG - 75.8 ko
Les fidèles e les sœurs NDL
JPEG - 83.3 ko
Les catéchistes présents
JPEG - 83.1 ko
Le curé professe la foi catholique, prête serment de fidélité à l’enseignement de l’Eglise
JPEG - 79.1 ko
Le curé signe les documents de la profession de foi et du serment
JPEG - 74.5 ko
Le rite de la confession
JPEG - 81.8 ko
Le curé installé à la droite de l’Evêque
JPEG - 66.3 ko

Célébration de la Solennité de la Nativité à Ouahigouya

Le jour de Noël, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé présider la messe à la Paroisse notre Dame de la Délivrande à Ouahigouya

Le Père Evêque et les prêtres concélébrants
JPEG - 80.1 ko
Le Père Evêque prêchant
JPEG - 84.5 ko
La chorale morephone
JPEG - 91 ko
La chorale francophone
JPEG - 85.8 ko
Les musiciens
JPEG - 97.7 ko
Les fidèles dansant à l’action de grâce
JPEG - 82.6 ko

Le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé la messe de la nuit de Noël dans la Cathédrale Christ Roi de l’Univers de Ouahigouya. Il a eu à baptiser 6 bébés au cours de ladite célébration

Le Père Evêque et les prêtres concélébrants
JPEG - 70.2 ko
Baptême des bébés
JPEG - 82 ko
L’ensemble des bébés baptisés portés par leurs parents
JPEG - 89.9 ko

Jubilé d’argent sacerdotal de l’Abbé Oscar ZOUNGRANA

Le samedi décembre 21 2013, le Père Evêque Justin KIENTEGA, en tant que Evêque accompagnateur des OPM au sein de la Conférence Épiscopale, est allé participer au jubilé d’argent sacerdotal de l’Abbé Oscar ZOUNGRANA, le Directeur National des OPM. C’était à Rapadama dans la paroisse de Mogteedo

La procession d’entrée
JPEG - 99.5 ko
Le Jubilaire Abbé Oscar à droite et son Curé
JPEG - 122.4 ko

100 ans d’Évangélisation de la Paroisse de Toma

Le Père Evêque Justin KIENTEGA a participé au jubilé de 100 ans d’Evangélisation de la Paroisse de Toma. C’était le samedi 14 décembre 2013.

La procession d’entrée des Evêques
JPEG - 103.6 ko
La procession d’entrée des Prêtres
JPEG - 101.5 ko
L’évêque du diocèse : Monseigneur Jude BICABA et son Vicaire Général
JPEG - 87.4 ko
Les fidèles aux parvis de l’Eglise par manque de place à l’intérieur
JPEG - 83.8 ko
Photo de famille des Evêques présents au jubilé
JPEG - 87.6 ko

Célébratioins de clôture du pèlerinage diocésain à Bam

Le dimanche 24 novembre 2013, a eu lieu à Bam (Paroisse Notre Dame du Lac) les célébrations de clôture de l’année de la foi et du pèlerinage diocésain en la solennité du Christ Roi de l’Univers. Le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé les célébration de clôture. A la fin de la célébration, le diocèse est consacré de nouveau à Marie.

Prière consécratoire du diocèse à Marie
JPEG - 95.2 ko
La grotte mariale de Notre Dame du Lac
JPEG - 88.6 ko
Encensement de la Statue de Marie après la prière
JPEG - 83.4 ko
Le responsable diocésain des pèlerinage : Abbé Laurent GANSONRE
JPEG - 76.2 ko
La chorale morephone
JPEG - 116.6 ko
La chorale francophone
JPEG - 89.4 ko
Des pèlerins dansant à l’action de grâce
JPEG - 113.7 ko

25 ans de création du Grand Séminaire de Philosophie des Missionnaires d’Afrique

Le samedi 23 novembre 2013, le Père Evêque Justin KIENTEGA s’est rendu au Grand Séminaire Lavigerie pour participer au jubilé de 25 ans de la création de ce Grand Séminaire de Philosophie des Missionnaires d’Afrique. Il a concélébré avec l’archevêque Monseigneur Philippe OUEDRAOGO dont c’était le 16ème anniversaire de sacre épiscopal.

La procession d’entrée des Pères pour la célébration
JPEG - 98.3 ko
Les concélébrants
JPEG - 78.5 ko
La consécration
JPEG - 77 ko

Rencontre de secteur : zone Ouest

Le 15 novembre, le Père Evêque Justin KIENTEGA a présidé la messe de clôture des journées de la rencontre de la zone pastorale de l’Ouest du diocèse.

Le Père Evêque et quelques concélébrants
JPEG - 79.3 ko

Fête de Notre Dame de la Santé des malades

Le 16 novembre 2013, le Père Evêque Justin KIENTEGA s’est rendu à Ouagadougou pour la fête de Notre Dame de la Santé des malades au Centre Médical de Saint Camille. Il avait à ses côtés Monseigneur Léopold OUEDRAOGO, Evêque auxiliaire de Ouagadougou et Monseigneur Prosper KONTIEBO, Evêque de Tenkodogo

Pendant la célébration de la messe
JPEG - 70.4 ko

Vœux perpétuels de Sœur Simone OUEDRAOGO

le 09 novembre 2013, le Père Evêque Justin KIENTEGA est allé présidé la célébration des vœux perpétuels de Sœur Simone OUEDRAOGO, fille du diocèse, dans la congrégation des Sœurs de l’Assomption. C’était à l’Eglise paroissiale de Saint Vincent de Paul à Koko, dans l’archidiocèse de Bobo-Dioulasso.

La prostration pendant la litanie des saints
JPEG - 83.7 ko
Sœur Simone OUEDRAOGO avec les professes et leurs consœurs
JPEG - 95.8 ko

1er Novembre : Toussaint, érection de la cathédrale, anniversaire de la radio

En ce 1er Novembre 2013, fête de tous les saints, le Père Evêque Justin KIENTEGA s’est rendu à la Cathédrale Christ-Roi de l’Univers pour la célébration de ladite solennité. C’était le 5ème anniversaire de l’érection de cette paroisse et le 16ème anniversaire de l’ouverture de la Radio Notre Dame du Sahel. Il a souhaité une bonne croissance à la paroisse et bonne mission à la radio pour porter la voix de l’Eglise dans le monde des médias.

Le Père Evêque en prêche à la chaire
JPEG - 75.9 ko
Le Père Evêque entouré des prêtres con-célébrants
JPEG - 83.4 ko
Les fidèles dansant à l’action de grâce
JPEG - 87.2 ko

Ouverture du jubilé de 50 ans du collège Sainte Marie

Elèves, anciennes, parents, agents pastoraux et amis n’ont pas marchandé leur présence à l’ouverture du jubilé du Collège Sainte Marie, ce samedi 26 octobre 2013 en l’Eglise Notre Dame où repose le fondateur du collège : Monseigneur Louis DURRIEU. Après un défilé impeccable avec les couleurs du Vatican, l’hymne national de l’Eglise Universelle a retenti avant le lancement des activités jubilaires.

JPEG - 29.6 ko
De son siège, le Père Evêque Justin KIENTEGA lance les activités du jubilé
JPEG - 24.4 ko
Photo-souvenir avec quelques anciennes
JPEG - 36.9 ko

Messe d’entrée au Petit Séminaire Notre Dame de Nazareth

Le dimanche 29 septembre 2013, le Père Evêque est allé présider la messe d’entrée de l’année scolaire 2013-2014 du Petit séminaire Notre Dame de Nazareth. Une procession d’entrée a introduit la célébration

JPEG - 58.9 ko

A la procession d’offrande, les séminaristes ont présenté aux Seigneur en même temps que le pain et le vin, leurs instruments de travaux.

JPEG - 57.4 ko

A la fin de la célébration les professeurs éducateurs (prêtres et séminaristes stagiaires posent avec le Père Evêque

JPEG - 61.9 ko

L’ensemble des séminaristes et le Père Evêque

JPEG - 66.8 ko

Journée de l’Excellence de l’Enseignement Catholique

Le dimanche 07 juillet 2013, le Père évêque est allé présider la messe d’action de grâce pour les journées de l’Excellence des écoles catholiques. C’était à la paroisse Notre-Dame de la Delivrande à Ouahigouya. Au cours de ladite messe il a eu à baptiser un bébé.

JPEG - 59.9 ko

A l’issue de la messe il s’est rendu à la Direction de l’Enseignement Catholique où il a participé à la remise des prix aux lauréats. Les élèves ont bien animé la cérémonie avec des danses et des récitations de poèmes.

JPEG - 64.2 ko

Plus d’une vingtaines d’écoliers reçus de beaux cadeaux : les 3 premiers ont reçus des vélos et de kits scolaires.

JPEG - 67.2 ko

Les maîtres qui ont permis aux écoles catholiques d’obtenir des succès de 100% à l’examen du CEP ont reçu de prix également.

JPEG - 67 ko

A la fin de la cérémonie le Président des parents d’élèves qui durant 5 ans a accompagné la Direction dans sa mission a reçu une attestation de Reconnaissance pour ses services très dévoués.

JPEG - 60.9 ko

Il quitte la ville de Ouahigouya pour une autre mission à Fada.

La Pentecôte

Le Père évêque a célébré la solennité de la Pentecôte à la cathédrale. Il a, au cours de ladite célébration, administré les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, première communion, confirmation) à quelques élèves, étudiants et fonctionnaires de la ville de Ouahigouya encadrés par l’aumônerie des établissements secondaires et universitaires.

JPEG - 81 ko
JPEG - 93.6 ko
JPEG - 78.5 ko

Province ecclésiastique de Ouagadougou

Le dimanche 12 mai, il a présidé la messe de clôture de l’assemblée de la Province ecclésiastique de Ouagadougou. C’était en présence de l’archevêque, son Exc. Mgr Philippe OUEDRAOGO et de son Auxiliaire, son Exc. Mgr Léopold OUEDRAOGO
.

JPEG - 78.7 ko

Premier engagement de couples catéchistes du Centre de formation des catéchistes (CFC) de Bam

Le samedi 11 mai, le Père évêque est allé présider la sortie de quatre couples de catéchistes en fin de formation. C’était au centre de Formation des Catéchistes de BAM. 

JPEG - 84.2 ko
JPEG - 81 ko

Ascension

Le jeudi jour de l’ascension, le Père évêque a présidé la célébration eucharistique à la paroisse Notre-Dame de la Délivrande de Ouahigouya. Au cours de la messe il a procédé à des baptêmes , premières communion, et confirmations d’écoliers.

JPEG - 82.9 ko

Il a reçu l’engagement définitif d’un jeune couple de catéchistes après deux années de probation.

JPEG - 85.7 ko

Il a en outre dit merci à un autre couple de catéchistes qui allait à la retraite.

JPEG - 85.7 ko

Il a aussi béni les semences pour les cultivateurs qui se préparent pour la nouvelle saison.

JPEG - 99.4 ko

Bénédiction de la grotte Notre-Dame des Victoires

Le mercredi 1er mai 2013, premier jour du mois consacré à la Vierge Marie, le Père Évêque s’est rendu à 18h à la cathédrale Christ-Roi de l’Univers pour bénir leur nouvelle grotte mariale dédiée à la Vierge Marie, NOTRE-DAME DES VICTOIRES.

La grotte Notre-Dame des Victoires
JPEG - 87.6 ko

Photo des fidèles

JPEG - 82.4 ko

La Saint-Joseph à Gourcy

Le premier Mai, fête de st Joseph artisan, le Père évêque est allé célébrer avec les paroissiens de Gourcy dont c’est la fête patronale.

Photo de la procession des offrandes
JPEG - 81.2 ko
A l’issue de la messe il a béni les semences et les instruments de travail des paysans.
JPEG - 101.8 ko

Les fêtes pascales

Le Jeudi Saint

Le Père Évêque a président la messe de l’institution de l’Eucharistie et du sacerdoce ministériel à la cathédrale. Il lavement les pieds de quelques fidèles à l’exemple du Christ qui nous rappelle que si le sacerdoce donne un pouvoir, c’est celui de servir.

JPEG - 107.5 ko

Le Vendredi Saint

Le Père Évêque a présidé la célébration de la Passion au Petit Séminaire.

JPEG - 100.5 ko

La vigile pascale

Le Père Évêque a présidé la veillée pascale dans sa cathédrale où il a baptisé et confirmé des catéchumènes.

Pèlerinage de la paroisse de Kongoussi

Le dimanche 17 février, le Père présidé la célébration du pèlerinage de la paroisse Sainte-Thérèse de l’enfant-Jésus de Kongoussi. Il était accompagnés de Mgr Pierre-Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma et de Mgr Léopold Ouédraogo, évêque auxiliaire de Ouagadougou qui a assuré la charge de la prédication.

Les trois évêques à la communion
JPEG - 58.7 ko

L’assemblée des pèlerins

JPEG - 64.4 ko

1er janvier 2013, solennité de Marie, Mère de Dieu

En ce premier jour de l’An 2013, le Père s’est rendu à la paroisse Notre-Dame de la Délivrande, sur la ville de Ouahigouya, pour y célébrer la solennité de Marie, Mère de Dieu. Il était entouré de beaucoup de prêtres.

JPEG - 58.2 ko

Il en profité de l’occasion pour présenter ses vœux à la communauté paroissiale.
Que le Seigneur par Marie nous comble pour croître dans l’amour et la Foi !

Les célébrations de Noël

Mardi 24 décembre

La Nuit de Noël, le Père Évêque a présidé la célébration de la veillée de la nativité à la cathédrale Christ-Roi de l’Univers. La messe qui a commencé à 21h s’est terminée à 23h30. Au cours de cette messe solennelle de la nuit de Noël, il a eu à baptiser trois bébés.
Que l’Enfant Jésus prenne sa place en nos cœurs et dans nos familles.

JPEG - 55.6 ko

Mercredi 25 décembre

Dans la matinée, le Père évêque s’est rendu dans la paroisse Saint-Jean de Thiou.
Là aussi, il a baptisé également trois bébés.

JPEG - 64.7 ko

La solennité du Christ-Roi de l’Univers à la cathédrale

En ce dimanche de la solennité du Christ Roi de l’univers, le Père est allé célébrer la solennité dans sa cathédrale qui est mise sous le patronage du Christ-Roi de l’univers. A l’issue de la messe il est resté à échanger avec les servants de messe. Il espère que l’un ou l’autre montera à l’autel avec lui un jour.

JPEG - 104.3 ko

Ouverture de l’année pastorale à l’Aumônerie des structures de santé de la ville de Ouahigouya


Dans la soirée du 29 octobre 2012 le Père évêque est allé ouvrir l’année pastorale de l’aumônerie catholique des structures de santé de la ville de Ouahigouya. C’était au cours d’une messe qu’il a présidée sous un hangar du site du CHR (Centre Hospitalier Régional). L’aumônerie attend que la Direction de l’hôpital lui indique un petit lopin de terre où elle pourrait construire une chapelle et un bureau pour l’accueil et la formation du personnel catholique.

Une vue partielle de l’assemblée pendant la messe
JPEG - 93.7 ko
Quelques membres de l’aumônerie avec le Père évêque et l’Aumônier, l’Abbé Adrien OUEDRAOGO.
JPEG - 98.4 ko

Célébration de la Journée mondiale des missions


Ce dimanche 21 octobre, Journée Mondiale des missions, le Père évêque a présidé la messe de rentrée des élèves et étudiants de la vie de Ouahigouya. Il les a exhortés à témoigner de leur foi auprès de leurs camarades, en majorité musulmans, à travers des œuvres qui manifestent leur amour au Dieu Père, Fils et Saint Esprit et envers toutes personnes.
Il a remis à leurs délégués, une bougie allumée afin qu’ils soient lumière. Il leur a remis également des objets de piétés, le document Porta Fidei

JPEG - 90.9 ko

A l’issue de la messe, il a fait une photo souvenir avec les servants de messe : garçons et filles. Ils espère que l’un ou l’autre se consacre au service de l’autel dans la vie sacerdotale et que l’une ou l’autre fille devienne religieuse.

JPEG - 88.7 ko

Ouverture diocésaine de l’année de la foi

Le dimanche 14 octobre 2012, le diocèse de Ouahigouya a célébré l’ouverture de l’année de la foi. Cette ouverture a eu lieu à l’église cathédrale, Christ-roi de l’Univers de Ouahigouya, lors de la messe solennelle présidée par le Père Evêque Justin KIENTEGA, entouré de prêtres et de fidèles venus des douze paroisses du diocèse. Dans son homélie, le Père évêque a souligné, à la lumière des textes liturgiques, que la foi en Jésus-Christ, c’est le plus grand trésor que l’homme puisse obtenir en ce monde. Pour cela, il nous faut entrer dans cette année de la foi dans une attitude humble de supplication et de demande pour que Dieu l’augmente en nous.

Le Père Evêque pendant l’homélie

JPEG - 53.4 ko

A cette occasion de l’ouverture de l’année de la foi, le Père Évêque a publié une lettre pastorale pour accompagner l’Eglise diocésaine dans un vécu fructueux de cette année. Il a ensuite envoyé en mission les curés et les délégués paroissiaux pour qu’ils aillent ouvrir l’année de la foi au niveau de leurs paroisses, le dimanche 21 octobre.
Pour aider les fidèles dans le vécu de l’année de la foi, il a été mis à leur disposition, en français et en mooré, la lettre Porta fidei (la Porte de la foi) du Pape Benoît XVI, promulguant l’année de la foi. Il a été mis aussi à leur disposition, en dépliant, le Credo, sous ses deux formulations, celui des Apôtres et celui de Nicée-Constantinople, car la lettre pastorale du Père Évêque recommande leur récitation fréquente tout au long de l’année de la foi, lors des messes dominicales et des solennités.

Le père Evêque administrant le Baptême à un nouveau-né

JPEG - 55.6 ko

Le Père Évêque a en même annoncé que la célébration de la clôture de l’année de la foi se fera sur la colline mariale de la paroisse Notre-Dame du Lac de Bam, sur la colline mariale, lors d’un pèlerinage diocésain.

Le Père Evêque, entouré des nombreux fidèles et prêtre, a consacré son diocèse à la Vierge Marie, Mère de la foi, à l’occasion de l’ouverture solennelle de l’année de la foi

JPEG - 54 ko



Tip A Friend  Envoyer par email

RETOUR EN HAUT DE PAGE

Copyrit Septembre 2012 Diocèse de Ouahigouya - BURKINA FASO